fbpx

Guerre en Ukraine : Les déclarations étonnantes d’Ursula Von der Leyen

par
Partagez l'article !

Ursula Von der Leyen, présidente de la commission européenne enchaîne les déclarations officielles depuis le début de la guerre en Ukraine suite à l’invasion russe et particulièrement ces dernières heures.

Ce dimanche 27 février, contre toute attente, alors que l’escalade avec Vladimir Poutine prend des proportions inquiétantes, elle a déclaré qu’elle souhaitait que l’Ukraine « rejoigne l’Union européenne »,« car ils (les Ukrainiens) sont des nôtres ». Diplomatiquement, cette déclaration paraît très étonnante alors que l’Otan et d’autres pays dont la Suisse activent depuis plusieurs jours les sanctions financières contre la Russie et que Poutine a, ce dimanche, répondu par la menace de la « force de dissuasion mise en alerte », ce qui marque un tournant majeur depuis la Seconde guerre mondiale.
De plus, l’Union européenne a déclaré envoyer pour un budget de 450 millions d’euros d’armes létales et du matériel à l’Ukraine afin de se défendre contre l’invasion russe : attitude très éloignée des « valeurs dites européennes » pour la paix, la démocratie et la stabilité, qui sont prônés depuis de nombreuses années par les dirigeants européens, et brandies comme une assurance pour la paix.

Enfin, Ursula Von der Leyen, et, avec elle, la commission européenne, a demandé l’arrêt sans délai de la diffusion de Russia Today et de Sputnik sur le territoire de l’Union européenne. Tout comme la santé depuis la crise sanitaire qui est devenue, en violation des droits souverains des états, une prérogative européenne la commission européenne s’érige en juge de la liberté d’expression au sein des mêmes des états membres. Sur Europe 1, Clément Beaune, secrétaire d’Etat aux affaires européennes a assuré que le gouvernement français soutenait cette demande de la présidente de la commission européenne. Plusieurs personnalités dans l’opposition se sont émues de ces déclarations péremptoires, qui enjambent la souveraineté des états membres par la présidente de la commission européenne non élue, qui prend position à la manière d’un super-chef d’Etat transnational.

 

 

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à