fbpx

Alexandra Lavoie: « À Ottawa, les camionneurs ne se sont pas laissé intimider, plusieurs d’entre eux ont laissé entendre que de toute manière, ils avaient déjà tout perdu »

Partagez l'article !

Alexandra Lavoie est une journaliste française qui travaille pour le média Rebel News, réputé pour couvrir l’actualité du terrain, et de façon indépendante. Notre consoeur basée au Québec, a suivi pendant plusieurs jours le convoi de la liberté, installé devant la colline parlementaire à Ottawa au Canada où elle a été blessée par un policier lors de l’évacuation par les forces de l’ordre.

propos recueillis par

Partagez l'article !

Alexandra Lavoie analyse pour nous ce qu’il s’est passé à Ottawa pendant plusieurs semaines et porte une réflexion sur l’état de la démocratie post-covid au Canada.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur Rebel News qui suit de près la situation au Canada ?
Rebel News est une société d’information et de commentaire basée au Canada, qui est également présente en Australie, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Rebel News est farouchement indépendant, rejetant toute forme de subvention gouvernementale, avec pour mission de raconter l’autre côté de l’histoire. Au cours de la pandémie, nous avons mis l’accent sur la défense des libertés civiles et sur les excès du gouvernement.

Quelle est la situation à Ottawa en ce moment ? Les blocages sont-ils toujours en cours ?
A l’heure actuelle, le 25 février, tout ce qui était en lien avec le convoi pour la liberté a été retiré et les rues ont été nettoyées. Mais malgré tout, des clôtures sont toujours en place autour de la rue Wellington, la rue principale du Parlement d’Ottawa, et il y a aussi plusieurs points de contrôle policiers qui sont stratégiquement placés autour du périmètre de sécurité.

Comment les camionneurs ont-ils réagi aux déclarations de Justin Trudeau qui les menace de couper les accès à leurs comptes bancaires ?
Les camionneurs ne se sont pas laissé intimider, plusieurs d’entre eux ont laissé entendre que de toute manière, ils avaient déjà tout perdu — compagnie, emplois et revenus. Ce qui leur restait, c’était de faire valoir leur voix de mécontentement et attendre jusqu’à ce que leurs demandes soient entendues et acceptées.

Comment expliquez que le mouvement n’ait pas faibli après tous ces jours de blocage ?
Les fins de semaine ont toujours été aussi grandioses en énergie. En semaine, on pouvait observer des baisses en termes de nombre de personnes, mais il y avait toujours des rotations. Des personnes étaient présentes les fins de semaine, et lorsqu’ils s’en allaient, d’autres personnes arrivaient. Je crois aussi que l’adrénaline et la féerie du moment y sont pour quelque chose, ainsi que toute l’énergie positive et l’amour qui régnaient.

On a l’impression que certains provinces ont décidé suite à cela d’alléger ou de supprimer les restrictions et les obligations de vaccination. Est-ce le cas ?
Oui, effectivement. Plusieurs provinces ont allégé et même levé l’utilisation du passeport vaccinal pour les compagnies. Est-ce que ce serait relié au convoi ? Nous ne le saurons pas, puisque personne n’a mentionné ni spécifié quoi que ce soit, mais cela reste une belle coïncidence.

 

Comment est vécu sur place le traitement des grands médias sur ce mouvement ?
Les grands médias n’ont jamais été bien reçus par les manifestants. Je crois que les gens se sentent trahis par ceux-ci et que leur contenu a été utilisé contre eux, au lieu du contraire. Effectivement, certaines personnes ont verbalisé de la haine à leur égard, mais en même temps, comment la haine a été propagée à grande échelle contre les manifestants ? Cela était quelque peu à prévoir. Donc, les grands médias ont fait beaucoup d’undercover en utilisant parfois des téléphones, et ils n’utilisaient pas toujours leurs logos d’identification.

Suite à ce mouvement historique, quel est l’avenir démocratique du Canada ?
Mon opinion personnelle est que cela reste à voir selon les prochaines décisions politiques à venir. Le simple fait que le Premier Ministre Justin Trudeau ait invoqué la Loi sur les mesures d’urgence afin d’obtenir les forces nécessaires pour contrer ce convoi pacifique — au lieu de prendre le temps de négocier avec son peuple — démontre déjà comment la démocratie et la liberté d’expression et de manifestation ont été gérés durant ces dernières semaines.

 

 

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à