fbpx

(Vidéo) Martin Blachier: «Je ne vois pas vers quel destin nous allons si nous nous mettons à réagir comme ça. […] On ne va nulle part, les gens vont s’en apercevoir !»

par
Partagez l'article !

Martin Blachier, bien connu des plateaux TV depuis le début de la crise sanitaire était l’invité ce lundi soir 29 novembre de l’émission de David Pujadas sur LCI.

Et son analyse sur l’arrivée du variant Omicron ne devrait pas passée inaperçue tant elle va à l’encontre du catastrophisme qui s’est emparé de la classe politique, des médias et de plusieurs dirigeants dans le monde depuis 48 heures.

« Je ne suis pas inquiet par l’arrivée de ce nouveau variant mais par contre je suis inquiet par ce qui est en train de se passer car je ne vois pas vers où l’on va collectivement dans le monde entier (…) Je ne vois pas vers quel destin nous allons si on continue à réagir comme ça. (…) On va recommencer ça en permanence ? ».

Sur la question de la virulence du virus posée par David Pujadas, Martin Blachier est catégorique :  » Il ne me semble que ce virus ait tué tout le monde en Afrique du Sud. Ça reste une pathologie relativement bénigne. Je trouve que la réponse que nous apportons à cette épidémie, surtout par rapport à ce que c’est devenu, en plus de l’immunité acquise dans la population n’a plus rien de rationnel. (…) On a perdu le nord et la raison. Je pense aussi que la population commence à décrocher. Et je ne sais pas quelle va être la réaction des gens mais en tout cas, je comprendrai qu’ils soient en colère et qu’ils soient perdus (…) À force, les gens vont s’en apercevoir…  » Face à la prise de position très assumée de Martin Blachier, le malaise était palpable sur le plateau, malgré la modération que tentait d’apporter David Pujadas.

Martin Blachier a tenu un discours bien éloigné du discours ambiant et anxiogène. Cette séquence devrait faire réagir dans les prochaines heures tant elle apporte un regard très discordant aux discours alarmistes.

 

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à