fbpx

Xavier Bazin: « Big Pharma représente un chiffre d’affaire de 500 milliards de dollars. C’est beaucoup d’argent pour tenter d’influencer les responsables politiques, la presse et le monde médical »

Auteur du livre explosif « Big Pharma démasqué » Xavier Bazin s’exprime dans ce long entretien dans Putsch pour révéler les découvertes d’une enquête édifiante sur l’industrie pharmaceutique et sur la gestion ubuesque de la crise sanitaire.

Le journaliste aborde sans détour l’élaboration des vaccins contre le Covid19, le black-out sur les traitements qui, selon lui, seraient très efficaces contre la maladie et de surcroît à bas coût. Il est question aussi de lobbying, de conflits d’intérets mais également de la délégation de la santé aux grands laboratoires pharmaceutiques. Un entretien coup de poing !

Vous expliquez que l’opacité dans l’industrie pharmaceutique remonte aux années 1980 avec les fusions et acquisitions dans le secteur. Pourquoi ?
C’est davantage leur influence tentaculaire que leur opacité qui a augmenté avec les fusions et acquisitions.
La raison est simple : il est plus facile d’agir comme un « cartel » quand on est une poignée de multinationales gigantesques (Pfizer, Sanofi, GSK, Merck, etc.), plutôt que des dizaines de moyennes entreprises isolées.
Aujourd’hui, les 10 plus grands laboratoires pharmaceutiques (les fameux Big Pharma) représentent chaque année un chiffre d’affaire d’environ 500 milliards de dollars, dont 150 milliards de dollars de dépenses marketing, et 100 milliards de bénéfices.
Cela fait beaucoup d’argent pour influencer les responsables politiques, la presse et le monde médical. D’ailleurs, la pharma est le secteur qui dépense le plus en lobbying à Washington.

 

« Les 10 plus grands laboratoires pharmaceutiques (les fameux Big Pharma) représentent chaque année un chiffre d’affaire d’environ 500 milliards de dollars. Cela fait beaucoup d’argent pour influencer les responsables politiques, la presse et le monde médical »

Vous écrivez : « Big Pharma » est parvenue à diffuser l’idéologie qui sert ses intérêts auprès du monde politique, médiatique et sanitaire ».  Comment cela fut possible ?
Il y a beaucoup de mécanismes d’influence, mais je pense qu’un des plus importants est le financement de la recherche.
Aujourd’hui, plus de 90 % de la recherche bio-médicale est …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous devez vous abonner pour lire cet article.

M'abonner à