fbpx

(Vidéo) Des députés européens s’inquiètent du fort recul des libertés dans l’Union européenne à l’occasion de cette crise sanitaire

par

L’info n’est apparemment pas parvenue à nos chers grands médias français qui sont passés à côté d’une conférence de presse explosive au sein même du Parlement européen. Ainsi, plusieurs députés européens ont tenu une conférence de presse le 21 octobre dernier au parlement européen d’une vingtaine de minutes pour dénoncer l’obligation d’un passeport sanitaire pour siéger au parlement ainsi que leurs collaborateurs respectifs.

Cristian Terhes, eurodéputé était accompagné pour l’occasion, d’Ivan Vilibor Sinsic (Croatie), de Francesca Donato (Italie), et de Christine Anderson (Allemagne). Les propos de l’ensemble des députés n’ont souffert d’aucune ambiguïté sur la dénonciation de ce « Green Certificate » au sein du parlement, en entravant la liberté démocratique de siéger et de prendre part aux débats du Parlement.

De plus, Christine Anderson et Francesca Donato ont publiquement déclaré qu’elles s’inquiétaient de la privation de libertés au sein de certains états membres de l’Union européenne ainsi que de la répression des manifestations anti Pass Sanitaire un peu partout en Europe. Francesca Donato a notamment évoqué l’obligation d’un passeport sanitaire pour pouvoir travailler en Italie, imposé par le gouvernement de Mario Draghi.

Ces députés ont clairement pointé du doigt des atteintes graves aux droits de l’homme et à la liberté de tout un chacun de se déplacer et de vivre normalement dans le respect des droits fondamentaux. L’euro-députée Christine Anderson a d’ailleurs souligné qu’elle espérait un réveil des citoyens européens face à ces politiques sanitaires de plus en plus liberticides imposées un peu partout au sein de l’Union européenne.

Ces députés ont également dénoncé les contrats signés entre la commission européenne et les laboratoires pharmaceutiques.

Ici, en France, cette conférence de presse n’a pas du tout été relayée.

Ci-dessous la conférence de presse vidéo en intégralité :

 

 

Communiqué du député européen Cristian Terhes ( Source : Facebook)
« Les députés européens commencent à se rassembler pour défendre les droits fondamentaux des citoyens de l’UE et s’opposent à la vaccination obligatoire et au certificat vert
Communiqué de presse – Strasbourg, Parlement européen – 21/10/2021
Réagissant à l’augmentation des violations des droits de l’homme fondamentaux dans toute l’UE, les membres du Parlement européen ont adopté une position commune pour défendre les droits fondamentaux de tous les citoyens de l’UE, qui sont actuellement menacés en raison de la vaccination obligatoire et des abus Utilisation en direct du Certificat COVID numérique.
S’exprimant lors d’une conférence de presse à Strasbourg, le 20 octobre 2021, ils ont également exprimé les graves inquiétudes de centaines de membres du personnel travaillant pour le Parlement européen, qui vivent sous la menace de perdre leur emploi s’ils n’ont pas le numérique Certificat COVID, alias Certificat vert.
La conférence de presse intitulée « Défendre les droits fondamentaux en s’opposant à l’utilisation abusive du certificat vert numérique » a été abordée par quatre députés européens : Christine Anderson (Allemagne, ID), Francesca Donato (Italie, NI), Ivan Vilibor Sin či ć (NI, HR) et Cristian Terhe ş (ECR, RO).
Ces députés ont décidé de donner la voix à des millions de citoyens européens qui se battent dans toute l’UE pour leurs droits fondamentaux.
La députée européenne Christine Anderson, après avoir insisté sur l’importance des droits de l’homme, a déclaré :  » laissez-moi dire ceci, je n’ai pas Ce dont je crains, c’est que les gouvernements abusent de cette « crise » ou de toute autre « crise » d’ailleurs, pour porter atteinte aux droits civiques, les révoquer ou pour remettre en question la liberté.
Ce que nous avons vu dans cette crise, c’est que les droits civils et les libertés sont passés des droits fondamentaux à des privilèges que les gouvernements accordent ou révoquent comme ils l’entendent.
J’appelle tous les Européens à tenir tête à tout gouvernement qui essaie de nous enlever notre liberté, nos droits civiques et nos libertés ! « 
L’avocate et députée européenne Francesca Donato a déclaré que « nous avons une situation vraiment terrible en Europe aujourd’hui parce que les droits de l’homme ne ] et partout en Europe les manifestations pacifiques sont violemment réprimées ».
Introduit comme un outil pour faciliter la liberté de circulation, le certificat COVID est maintenant utilisé dans de nombreux pays par les gouvernements nationaux comme un passeport « obligatoire » pour chaque activité sociale, y compris l’emploi – a-t-elle déclaré – en donnant l’exemple d’Italie.

« Et donc, nous forçons les citoyens à recevoir des traitements de santé invasifs et risqués, parce que le consentement éclairé que les citoyens sont obligés de signer pour recevoir les vaccins n’est pas gratuit : c’est un consentement extorqué. Donc, même quand les gens ont des contre-indications médicales pour recevoir des vaccins, ils sont obligés de les prendre. Ils sont obligés de le faire parce qu’ils perdraient leur emploi, perdraient leurs droits fondamentaux s’ils ne le font pas. Et quand ces personnes ont des effets néfastes, même très graves, elles ne reçoivent aucune aide gratuite. Même les rapports d’effets indésirables sont très rares. Les données sur les effets indésirables que nous pouvons lire sur les journaux sont juste sous-estimées.
Nous avons donc un problème médical qui s’est transformé en problème démocratique. Nous devons tous aujourd’hui défendre les droits de l’homme en Europe, nous devons le faire tous ensemble et nous devons le faire maintenant », a-t-elle conclu.
Le député européen Ivan Sin či ć a déclaré « qu’il est vraiment triste de voir les libertés, les droits et l’État de droit mis en danger en Europe aujourd’hui. Malheureusement, dans certains pays, vous ne pouvez pas garder votre emploi sans certificat vert numérique, vous ne pouvez entrer dans les bâtiments publics sans DGC, vous ne pouvez rentrer dans un magasin sans DGC ».
Il a décrit le Cer vert numérique « comme une licence de propagation et d’infection » qui donne « un faux sentiment de sécurité », puisqu’il ne protège pas la personne contre l’infection ou la propagation du virus. Le certificat vert numérique « est complètement illogique, il n’est pas scientifique et doit être abandonné », a-t-il ajouté.
Sin či ć a déclaré qu’il « soutient pleinement le personnel du Parlement européen dans leurs positions. Les positions de non-discrimination, non-ségrégation, liberté de venir sur le lieu de travail. C’est leur lieu de travail avec nous, les députés européens ».
« Mon message au personnel est simple : vous n’êtes pas seul et vous battez pour vos droits ! Nous nous battons avec vous ! », a-t-il conclu.
Le député européen Cristian Terhes a cité l’article 46 du règlement original sur le certificat vert numérique, qui exposait le désir du Parlement européen de défendre les droits humains fondamentaux.
« Eh bien, si nous regardons maintenant, quelques mois après l’imposition de ce certificat vert dans l’Union européenne, nous voyons exactement le contraire, que tous ces droits qui, soi-disant censés être protégés par ce règlement, sont en fait violés en ce moment. Les gens ne peuvent plus travailler et ils vivent sous la menace de perdre leur emploi et leur gagne-pain, s’ils n’ont pas ce certificat. Est-ce le type d’Union européenne que nous voulons construire, que nous voulons accepter ? », a dit Terhes.
Des centaines de personnes qui travaillent pour le Parlement sont confrontées à la menace « que tôt ou tard, s’ils n’ont pas ce certificat vert, ils perdront leur emploi. Mais ils n’ont rien fait de mal. Voilà la situation absurde. Ce n’est pas juste pour eux, ce n’est pas équitable pour les citoyens de cette Union et ce n’est plus juste pour nous tous ». Pour ces raisons, « nous sommes là pour vous et nous nous battrons pour vous », a conclu Terhes.
Les positions exprimées publiquement par ces députés, en faveur de la défense des droits fondamentaux, y compris du personnel travaillant pour le Parlement européen, sont partagées par beaucoup d’autres, qui s’uniront pour s’opposer activement aux attaques constantes contre droits fondamentaux causés par l’utilisation abusive du COVID numérique Certificat
Bureau de presse du député européen Cristian Terhes »

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à