Maitre Guyon: « En démocratie, il est inadmissible que l’on pousse des citoyens à accomplir un acte qu’ils ne souhaitent pas faire par des techniques de harcèlement moral, de pressions sociales et de contraintes indirectes »

Partagez l'article !

David Guyon est avocat au Barreau de Montpellier. Dans ce long entretien, Maitre Guyon explique son engagement dans cette crise sanitaire via de nombreux recours effectués auprès de la Justice. Depuis la mise en place du Pass sanitaire, David Guyon s’inquiète pour les libertés fondamentales des Français. Il a donc décidé de résister.

Partagez l'article !

Il nous éclaire notamment sur le Pass sanitaire en entreprise. Il évoque les dangers qui pèse sur les salariés récalcitrants et aborde aussi la question juridique de la vaccination fortement recommandée par l’exécutif et le chef de l’Etat. Il est d’ailleurs souvent dans les cortèges des opposants au Pass sanitaire dans les rues de Montpellier où il a déjà pris la parole à la tribune. Un entretien passionnant.

Vous êtes engagé depuis le début de cette crise sanitaire sur plusieurs sujets juridiques. Pourquoi cet engagement contre certaines mesures du gouvernement en qualité d’avocat ?
En toute honnêteté, c’est par un bien heureux hasard que je me suis retrouvé au cœur de l’actualité juridique.
En effet, j’étais avant la crise sanitaire, un avocat publiciste, c’est-à-dire que mes domaines de compétences concernaient le droit public. Parmi ce vaste programme figure les contentieux des décisions prises par l’administration.
Avant la crise, c’était surtout dans le cadre de l’urbanisme que ces compétences étaient mises à contribution. Soit en conseillant l’administration afin de lui permettre d’agir dans la légalité, soit en assistant les particuliers pour demander l’annulation de décisions illégales.

Durant le premier confinement, de nombreux citoyens se sont interrogés sur la légalité de ces décisions de confinement et de fermetures administratives. Nous avons donc introduit des recours à l’encontre de ces décisions. Nous avons ainsi pu obtenir l’annulation de la mise en bière immédiate par un arrêt du Conseil d’Etat du 22 décembre 2020.
Enfin, lorsque j’ai vu votre première interview avec mon confrère Brusa sur Putsch Média en mars 2020, j’ai compris que je n’étais pas le seul à m’interroger sur la légalité de ce qui nous arrivait.

Par la suite, les mesures se multipliant et se pérennisant, mon nom a commencé à circuler auprès de ceux qui subissaient ces …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous avez lu vos

0 articles offerts.

M'abonner à