fbpx

Jean-Pierre Marongiu: « Le PSG est financé par un état étranger au profit d’investisseurs qatariens exemptés de l’impôt sur les bénéfices »

Abandonné dans les geôles qatariennes pendant près de 5 ans, Jean-Pierre Marongiu a accordé un nouvel entretien édifiant à Putsch sur l’arrivée de Lionel Messi au PSG. Il évoque les mécanismes de financement de ces très onéreux transferts de stars au PSG par le Qatar et le Soft Power qui se dissimule derrière, bien loin l’aspect sportif et de la frénésie médiatique qui en oublie l’aspect politique et les visées stratégiques à coups de centaines de millions d’euros. Une interview explosive !

 

Que vous a inspiré l’arrivée de Messi au PSG que le Qatar propriétaire du club s’est offert à prix d’or ?
Fan de football depuis toujours, et même en étant un supporter de l’Olympique de Marseille inconditionnel, je ne puis que me réjouir de l’arrivée du meilleur joueur au monde et de l’éclairage que le monde va porter sur la Ligue 1. Cela étant, l’aspect financier et éthique se dissocie du domaine sportif. Il faut bien comprendre que le Qatar n’est pas un état, mais une affaire de famille. Il se trouve un groupe d’individus proches du gouvernement, dont la mère de l’Émir actuel, Sheikha Mozah, qui a pris la mesure du blocus politique imposé par ses puissants voisins l’Arabie saoudite et les Émirats unis. La sécurité de ce petit clan constitué de quelques membres de la famille royale et de représentants d’autres tribus qatariennes n’étant plus pérennisé en dépit de leur infiltration au plus haut niveau des organes gouvernementaux et institutions nationales, ces individus ont entrepris la plus grande opération de détournement de fonds publics jamais réalisée.
Très proche et principal financier des Frères Musulmans, ce clan mafieux a commencé de déplacer le fonds souverain du Qatar vers …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous devez vous abonner pour lire cet article.

M'abonner à