fbpx

Covid19 : Malgré une vaccination massive, Israël dans le doute alors que l’Angleterre impose la quarantaine aux vaccinés français

par

Pour mieux appréhender cette crise sanitaire mondiale, il est recommandé d’aller voir ce qu’il se passe ailleurs, loin de l’hexagone. Et le cas d’Israël qui a été brandi comme l’exemple à suivre de responsabilité et d’efficacité pendant de longues semaines dans les grands médias française semble montrer des signes de fébrilité au plus au sommet de l’Etat ces derniers jours lorsque le Premier Ministre a récemment déclaré que «l’efficacité du vaccin était bien moins forte qu’attendue ».

Dans un article du Jérusalem Post daté du 17 juillet, on peut lire,notamment que Naftali Bennett, premier ministre israélien, toujours sur l’efficacité du vaccin : « Nous ne savons pas exactement dans quelle mesure le vaccin aide, mais c’est nettement moins » mais pour autant Naftali Bennett a insisté sur la nécessité de poursuivre la campagne de vaccination : « Avec plus de 5,7 millions d’Israéliens ayant reçu au moins une injection de vaccin Pfizer, le pays continue de faire pression pour que les citoyens – en particulier les adolescents – sortent et se fassent vacciner. »

Plus loin dans l’article de nos confrères du Jerusalem Post, on peut lire « qu’à l’heure actuelle, environ 60% des patients dans des conditions graves ont été vaccinés. De plus, selon des chercheurs de l’Université hébraïque qui conseillent le gouvernement, environ 90 % des personnes nouvellement infectées de plus de 50 ans sont complètement vaccinées. » même « si le pourcentage de cas graves connait une baisse sensible » selon le professer Eran Segal.

A cette heure, le gouvernement israélien ne s’interdit pas de prévoir une troisième injection « au moins pour les personnes âgées ». Il a décidé de prendre de nouvelles mesures avec notamment le Happy Badge, sorte de Pass sanitaire israélien qui prévoit lui aussi des restrictions et des sanctions en cas de non respect.

Du côté de l’accès au territoire israélien, le gouvernement vient d’annoncer que les frontières resteraient fermées même aux vaccinés. Et selon Israël News, « Les patients atteints de coronavirus qui se sont rétablis du virus étaient beaucoup moins susceptibles d’être infectés lors de la dernière vague de la pandémie que les personnes vaccinées contre le COVID, selon les chiffres présentés au ministère israélien de la Santé. (…) Ces données montrent aussi que les Israéliens immunisés contre l’infection naturelle étaient beaucoup moins susceptibles d’être à nouveau infectés par rapport aux Israéliens qui n’avaient l’immunité que par la vaccination».

Même le Washington Post dans un article d’Aaron Blake, reconnait que « il est vrai que la plupart des nouveaux cas proviennent de la communauté vaccinée, mais c’est en grande partie à cause de la taille relativement importante de cette communauté en Israël. Les derniers chiffres montrent que 85 % des adultes israéliens sont vaccinés, ce qui signifie qu’ils sont cinq fois plus nombreux que les personnes non vaccinées. »

Près de chez nous, l’Angleterre vient d’annoncer que les voyageurs vaccinés de l’Union européenne et des Etats-Unis seront exemptés de quarantaine, hormis les Français, «en raison du variant Beta » dans l’Hexagone. Ce qui apparaît comme une nouvelle gifle pour le gouvernement français alors que le Pass sanitaire hystérise le climat populaire dans le pays qui voit s’enchaîner les manifestations. Le secrétaire d’Etat, Clément Beaune s’en est ému et à qualifier cette décision de « discriminatoire » et « incompréhensible».

Enfin, l’Islande où 85% de la population de plus de 16 ans est entièrement vaccinée, fait face à nouveau à une reprise de cas de covid19 où la majorité sont des gens vaccinés. Le pays a remis en place certaines restrictions alors même que la campagne de vaccination a sensibilisé une très large majorité de la population islandaise.

La politique sanitaire du gouvernement français, au regard de ce qui se passe en Israël, en Islande et les restrictions vers l’Angleterre imposées aux Français vaccinés posent des questions légitimes à la hauteur de la violence du gouvernement à imposer le pass sanitaire.

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à