fbpx

Béatrice Rosen: « A-t-on perdu la tête collectivement pour accepter ce Pass sanitaire? »

L’actrice franco-américaine Béatrice Rosen qui a joué dans de nombreux films a accepté d’accorder ce long entretien à Putsch pour donner un point de vue très discordant sur le Pass sanitaire voté il y a quelques jours par les parlementaires et qui devrait être appliqué dès le début du mois d’août. Dans cette interview, il est question de liberté, d’humanité, de consentement, de démocratie et de la représentation du peuple. Une analyse très personnelle qu’elle donne en tant que citoyenne, non pas en tant qu’actrice. Un propos clair, convaincu et empreint de liberté et d’indépendance.

Tout d’abord, je voudrais préciser certaines choses avant de répondre à vos questions.
Il est important de savoir dans quel contexte se forment les opinions de ceux qui s’expriment, ce qui n’est malheureusement pas toujours précisé.

Je parle en tant que simple citoyenne lambda et ne représente aucun groupe. Je ne fais partie d’aucun parti politique. Je suis pour la science, pour le progrès, pour la médecine et pour les vaccins. Avant même la sortie du vaccin covid, je me suis fait vacciner contre la grippe pour ne pas risquer d’infecter les personnes les plus âgées de ma famille et mon entourage, et de les mettre dans le doute du covid en cas de grippe.
J’adresse toutes mes condoléances et toute ma compassion à tous ceux qui ont perdu un proche ou ont été affectés personnellement par le covid19. J’admets volontiers que la situation est inédite et très complexe à gérer.

Vous laissez apparaître une colère froide dans vos tweets sur ce qui est en train de se passer en France. Quand avez-vous pris conscience que la situation devenait inquiétante?
J’ai pris conscience que la situation était inquiétante dès le début.
Au-delà de l’anxiété généralisée par rapport à la maladie, dès février 2020 j’ai été confrontée personnellement aux incohérences dans la gestion de l’ épidémie.
Mon compagnon revenant de Milan (au moment où l’épidémie explosait), et une partie de notre foyer étant tombée malade à cette période (infections respiratoires et symptômes inédits et bizarres) j’ai téléphoné plusieurs fois au 15 pour que nous soyons testés. A chaque fois, cela nous a été refusé, et l’on m’a même dit que je devais envoyer l’un de mes enfants, qui était le seul sans symptôme à l’école.
Aux journaux télévises, en même temps, il était dit que toutes les personnes dans notre cas (revenant d’Italie et présentant symptômes) …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous devez vous abonner pour lire cet article.

M'abonner à