fbpx

Anaïs Lefaucheux interpelle les Sénateurs sur le Pass sanitaire dans une lettre virulente

par

Elle avait tenu tête à Olivier Véran, ministre de la Santé sur LCI en fin d’année dernière notamment sur les vaccins et sa popularité était montée en flèche suite à cette séquence sur la chaîne d’info en question.

Anaïs Lefaucheux, attachée de presse et rédactrice, qui intervient régulièrement dans les débats de Putsch Live au micro de Nicolas Vidal, au caractère trempé, a adressé ce 17 mai dernier une lettre aux Sénateurs au sujet du vote sur le très décrié Pass sanitaire. Rappelons qu’il avait été recalé suite à un premier vote devant l’Assemblée nationale le 11 mai dernier dans l’après-midi puis, un nouveau vote dans la soirée lui avait redonné une courte majorité.

« Le 11 mai dernier, quand l’Assemblée Nationale décide, après un SECOND VOTE (car le premier lui a déplu) (et en l’absence de quelque 285 députés) de mettre en place un Pass « sanitaire » qui instaure et officialise un apartheid, une rupture d’égalité entre les citoyens sur la base de données de santé, actant ainsi la fin du secret médical, nous ne sommes plus en démocratie. »

Cette fois-ci, le texte va passer devant le Sénat et Anaïs Lefaucheux a décidé d’interpeller par courrier les Sénateurs sur le Pass sanitaire. Les mots sont durs, le ton est virulent et l’argumentation tourne autour de la portée liberticide de ce Pass Sanitaire.

« Mais sur la terre des Lumières, cette belle terre de France qui fut toujours un phare d’espérance pour l’Humanité, cette terre qui reçut le sang de nos aïeux pour nous offrir la liberté et l’égalité : au nom de ce patriotisme qui devrait tous nous animer, nous ne pouvons plus tolérer cette situation.
Par la présente, et au nom de tous les citoyens français éveillés et lucides qui rejettent en masse ce déferlement totalitaire de mesures liberticides, je vous SOMME de sauver ce qu’il reste de la démocratie tricolore. »

Anaïs Lefaucheux a publié cette lettre sur sa page Facebook. Cliquez sur le visuel pour accéder à la lettre.

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à