fbpx

Le « Jeu de la Dame » réveille la passion des échecs

par

La mini-série à succès le « Jeu de la Dame », diffusée sur Netflix, réveille la passion des Français pour les échecs et révèle des vocations partout dans l’Hexagone !

Société : le « Jeu de la Dame » remet les échecs au goût du jour !
Les Français renouent-ils avec les échecs, jeu de stratégie par excellence ? C’est une extrapolation plausible du succès de la série « Le Jeu de la Dame », une mini-série qui a passé 18 jours en tête du top 10 quotidien de Netflix France. Les échos du terrain semblent conforter cette dynamique, avec un engouement sans précédent pour l’échiquier… le vrai !

« Le Jeu de la Dame », un succès critique et commercial
Avec une note de 100 % sur Rotten Tomatoes, un score inespéré de 4 sur 5 (presse) et 4,5 sur 5 (spectateurs) sur l’intransigeant Allocine.fr, « Le Jeu de la Dame » semble bien parti pour rejoindre les succès historiques de Netflix comme Breaking Bad, La Casa de Papel, Stranger Things ou encore The Witcher. Mais c’est sans doute la seule série de la plateforme de streaming à avoir lancé une tendance de consommation et de divertissement. Il faut dire que le synopsis de la série est très alléchant. Dans les années 1950, une jeune orpheline (Elisabeth Harmon, jouée par l’excellente Anya Taylor-Joy), s’envole vers une gloire stratosphérique grâce à son talent prodigieux pour les échecs. Dans sa quête pour devenir la meilleure joueuse du monde, elle doit faire face à des problèmes émotionnels et à une dépendance aux drogues et à l’alcool.

Vente des échecs en France : une croissance à trois chiffres !
Loin des strass et des paillettes de la mini-série américaine créée par Scott Frank et Allan Scott, les clubs d’échecs régionaux croulent sous les demandes d’inscription. Autres indicateurs qui ne trompent pas : la pratique des échecs en ligne, avec un boom des téléchargements des applications dédiées sur Android et iOS, et les ventes des jeux d’échec se sont envolés en « basse saison ». Du côté de Limoges, la magasin Sortilèges a « fait les frais » de cet engouement, avec une rare rupture de stock des jeux d’échec. « Les quinze magasins de la chaîne ont été dévalisés », explique un responsable au  journal Lepopulaire.fr. Même son de cloche du côté de la Grande Récré, dans la même ville, avec une rupture du stock « clairement due à la série », selon le service de communication.
Le groupe JouéClub n’est pas en reste. « Nous avons doublé nos ventes en ligne de jeux d’échecs depuis le 23 octobre, date de sortie de la série Netflix », affirme Franck Mathais, porte-parole du groupe, au Figaro. Un taux de croissance de 100 % en comparaison avec la même période en 2019… rien que ça ! Cet engouement a également remis du baume au cœur de la Tournerie Toz, dernier fabricant de jeux d’échecs en France. Brigitte Roz Bruchon, directrice de cette entreprise emblématique, explique à nos confrères de Konbini : « Depuis le début de l’année, j’ai vendu 1 146 jeux, contre 544 en 2019 ». Un nouveau taux de croissance à trois chiffres, donc. C’est ce que l’on peut appeler un coup de pouce du destin…

Le jeu d’échecs, les femmes et l’école
Et si cet engouement sans précédent permettait de jeter un pavé dans la marre des échecs en France ? En effet, la gente féminine ne compte que pour un petit cinquième de la totalité des joueurs affiliés à la Fédération Française des échecs, malgré l’obligation d’avoir au moins une joueuse par équipe dans les tournois des trois premières divisions. « C’est une fausse bonne idée, car les joueuses servent souvent de bouche-trou et ne sont pas valorisées », déplore Sonia Bogdanovsky, présidente de l’association Echecs et Mixte, dans un entretien accordé au journal l’Humanité.
Sur un autre registre, le ministère de l’Education nationale, de la jeunesse et des sports recommande aux enseignants, depuis novembre 2020, de développer l’usage du jeu d’échecs en classe. « Ce jeu mobilise logique, stratégie, rigueur et capacité d’abstraction tout en facilitant l’apprentissage de la citoyenneté par le respect des règles et d’autrui », peut-on notamment lire sur le site du Ministère. Vous l’aurez compris, le jeu d’échecs revient, doucement mais sûrement, sur le devant de la scène. Ne vous reste alors plus qu’à acheter un jeu d’échec pour rester in !

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à