fbpx

Crise politique en Haïti : les manifestants demandent le départ du président Jovenel Moïse

par

Le président haïtien Jovenel Moïse s’accroche au pouvoir alors que son mandat de cinq ans devait arriver à son terme le 7 février 2021. Les partis de l’opposition politique et les organisations de la société civile sont descendus dans les rues pour demander le respect de la constitution.

Le 14 février, des milliers de Haïtiens manifestent dans les rues de Port-au-Prince, de Delmas et de Pétion-Ville. Des organisations de la société civile et des partis opposants exigent le départ du président haïtien, Jovenel Moïse. La police a dispersé le rassemblement.
Les manifestants n’ont pas pu porter leur message devant le Bureau intégré des Nations unies en Haïti (BINUH). Selon eux, le mandat constitutionnel du président a expiré depuis le 7 février 2021. Le chef de l’Etat avait été élu lors d’un scrutin, annulé par la suite pour fraudes, en 2016. Il a été réélu un an plus tard lors du second tour de l’élection présidentielle. Selon le président contesté et accusé de vouloir prolonger illégalement son mandat, il a prêté serment le 7 février 2017. Il campe sur sa position, et maintient qu’il lui reste un an pour exercer son pouvoir au sommet de l’Etat. Les Etats-Unis l’ont soutenu et ont validé son calendrier électoral. Le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire de ce pays caribéen a confirmé la fin de son mandat pour cette année. Pour l’opposition, ce refus du président de quitter le pouvoir est un signe avant-coureur d’une nouvelle dictature.

Un président provisoire de la Transition
Dans la nuit du 7 au 8 février, l’opposition a nommé le juge Joseph Mécène Jean-Louis, en tant que président provisoire de la Transition de rupture. Le magistrat de 72 ans exerçant à la Cour de cassation a déclaré dans un message vidéo transmis à l’AFP, qu’il acceptait le choix de l’opposition de la société civile pour pouvoir servir son pays. Selon l’ancien conseiller du président Michel Martelly et mentor de Jovenel Moïse, Youri Latortue, la transition durera 2 ans avec l’organisation d’une conférence nationale, l’élaboration d’une nouvelle constitution, et la tenue des élections.

( Capture d’écran Twitter)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à