fbpx

Julien Simon, Rocambole : « Pour séduire notre lectorat, nous devons composer avec une économie de l’attention de plus en plus vorace »

Rocambole se définit comme un Netflix littéraire pour proposer à ses lecteurs des séries « aux formats courts et addictifs ». Julien Simon, cofondateur de Rocambole nous en dit plus dans cet entretien sur cette plateforme qui a explosé avec le confinement, pour satisfaire un lectorat toujours plus large.

propos recueillis par

Rocambole propose aussi aux auteurs de soumettre leurs textes et d’intégrer la plateforme. Revue d’effectifs littéraires avec Rocambole.

Quelle est la genèse de Rocambole ?
Rocambole a été fondé à la faveur d’un Startup Week-end organisé par le Ministère de la Culture, dont nous avons été lauréats. L’idée était de remettre au goût du jour les feuilletons du 19e siècle en y introduisant une composante hautement numérique : en effet, quoi de mieux aujourd’hui que votre smartphone pour lire quotidiennement des formats textuels courts et addictifs ? L’idée a fait son chemin jusqu’à un crowdfunding en 2018, qui a permis de tester le concept auprès de la communauté avec une première plateforme et une première app. Le concept a été revu dans une approche plus premium à la Netflix avec l’arrivée de nouveaux associés, puis l’app entièrement refondue en décembre 2019.

 

« Quoi de mieux aujourd’hui que votre smartphone pour lire quotidiennement des formats textuels courts et addictifs ? »

 

Pourquoi ce nom, Rocambole ?
Pour le clin d’œil à l’auteur Pierre Alexis de Ponson du Terrail, dont le personnage Rocambole était justement l’une des stars des romans-feuilletons de cette époque. Une manière de boucler la boucle.

Elle est comparée à un Netflix littéraire. Pourquoi ?
Sans doute parce que nous partons des mêmes constats : pour séduire notre lectorat, nous devons composer avec une économie de l’attention de plus en plus vorace. Les solutions que nous avons retenues sont les mêmes que celles de Netflix : un catalogue exclusif, 100% original, que vous ne trouverez nulle part ailleurs, des narrations découpées à susciter le maximum d’engagement, et puis plus généralement des histoires qui parlent à toutes et tous et qui savent surfer sur l’air du temps. Le choix du streaming, et de l’ergonomie qui l’accompagne, favorise aussi sans doute la comparaison.

 

« Pour séduire notre lectorat, nous devons composer avec une économie de l’attention de plus en plus vorace »

Quels sont les chiffres les plus marquants de Rocambole ?
En moins d’un an, nous avons réussi à mobiliser une communauté de plus de 35.000 utilisateurs, à publier plus de 100 séries littéraires, à passer la barre des 100.000 épisodes lus et à boucler une première levée de fonds de 350.000€. On peut dire que ce fut une année rocambolesque.

 

Qui écrit les séries disponibles sur Rocambole ? 
De nombreux jeunes auteurs nous adressent leur manuscrit par voix de proposition « traditionnelle », à travers notre site web. C’est une bonne première expérience de publication professionnelle pour eux, et pour nous l’occasion d’enrichir notre catalogue en misant sur de nouvelles voix pétries de talent (et de capitaliser sur l’avenir). Nous passons également commande de séries auprès d’auteurs professionnels, de personnalités de la société civile et de célébrités : par exemple, nous publierons dans les prochaines semaines une série écrite par le célèbre auteur de polars Jacques Expert, dans un genre totalement surprenant. Nous avons également d’autres surprises dans les tuyaux. Enfin, nous avons monté notre propre « Fabrique », où une trentaine d’auteurs et de scénaristes travaillent en collaboration permanente avec l’équipe éditoriale à créer les prochaines séries Rocambole dès le stade du pitch et du synopsis.

 

« Nous avons monté notre propre « Fabrique », où une trentaine d’auteurs et de scénaristes travaillent en collaboration permanente avec l’équipe éditoriale à créer les prochaines séries Rocambole »

 

Il est donc possible de vous soumettre des textes. Comment cela se passe ?
Il suffit par passer par le site internet de Rocambole (https://rocambole.io) et d’aller sur la page dédiée aux propositions : on y trouve d’ailleurs de nombreux conseils. Pour postuler, il suffit d’envoyer un premier épisode rédigé entièrement, ainsi qu’un synopsis de la suite. Ensuite, notre comité de lecture examine toutes les propositions et s’efforce de faire des retours détaillés à chaque fois que cela est possible. Les textes sélectionnés sont ensuite confiés à notre équipe d’éditeurs, qui travaille le texte avec son auteur de la même manière que le ferait une maison d’édition traditionnelle, avant publication sur la plateforme.

Est-ce que la crise sanitaire a–t-elle accéléré l’activité sur Rocambole ?
Clairement, oui. Avant la crise sanitaire, notre croissance était certes régulière, mais lente. Le confinement a fait exploser tous les chiffres de consultation, notamment avec l’apparition de Rocambole dans des listes établies par des journalistes des meilleurs services pour tromper l’ennui. Ces listes nous ont définitivement propulsés, attirant par la suite l’attention de nos premiers investisseurs.

 

« Le confinement a fait exploser tous les chiffres de consultation, notamment avec l’apparition de Rocambole dans des listes établies par des journalistes des meilleurs services pour tromper l’ennui »

 

Quel est le profil type du lecteur sur Rocambole ?
Le lecteur sur Rocambole est avant tout une lectrice : 70% de nos utilisateurs sont des utilisatrices. Plutôt urbaines, dans une fourchette d’âge comprise en 25 et 45 ans, avec des goûts prononcés pour la romance, le polar et les littératures de l’imaginaire. Mais le catalogue de Rocambole est un catalogue généraliste, dans lequel toutes les typologies de lecteurs trouveront chaussure à leur pied, avec de l’historique, de l’humour, du contemporain, du western, du thriller et même des comédies de Noël et de la non-fiction.

 

 

Dernièrement, vous avez fait paraître un sondage sur la lecture des séries érotiques. Qu’est-ce que vous pouvez nous en dire ?
Que c’est un véritable plébiscite : une écrasante majorité des sondés (plus de 80%) a manifesté son souhait de voir paraître des romances « épicées » sur la plateforme. Nous allons bien entendu satisfaire cette envie au plus vite, dès le début du mois de février. L’avantage du numérique, c’est aussi cette capacité d’être réactif et innovant.

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à