fbpx

Djordje Kuzmanovic : « Nous sommes favorables à un référendum sur la sortie de la France de l’Union européenne, mais il y a des conditions préalables à respecter »

Djordje Kuzmanovic est le Président du mouvement République Souveraine lancé dans l’arène politique en mars 2019. Ancien cadre de la France Insoumise et conseiller de Jean-Luc Melenchon sur les questions internationales pendant la présidentielle de 2017, Djordje Kuzmanovic revient sur Putsch pour évoquer pêle-mêle le développement de son mouvement, la France et l’Union européenne, la question épineuse de la dette, la loi sur le séparatisme ou encore des réformes « anti-sociales et impopulaires d’Emmanuel Macron dans ce long entretien.

Où en est votre mouvement République souveraine suite à votre congrès ?
Notre congrès numérique s’est tenu du 11 novembre au 6 décembre, et fut un moment privilégié d’échange avec les adhérents. Il nous a permis de mettre au point la charte de notre mouvement, qui fixe nos grandes orientations : défense de la souveraineté nationale et populaire, de l’universalisme républicain, de la laïcité, du droit d’asile, des conquêtes sociales héritées du Conseil national de la Résistance, des services publics dans la santé, l’éducation, la culture, l’énergie, les transports et la défense qui sont autant de secteurs qui doivent échapper aux logiques de profit inhérentes aux privatisations.

 

« Nous refusons la mise sous tutelle de la France par l’Union européenne et l’OTAN, le pillage de notre industrie par notre « allié » américain »

 

Nous refusons la mise sous tutelle de la France par l’Union européenne et l’OTAN, le pillage de notre industrie par notre « allié » américain, le chantage à la dette publique, les discours identitaires de gauche comme de droite qui visent à réintroduire des distinctions raciales entre les citoyens français, et le recours à une immigration économique incontrôlée qui exerce une pression à la baisse sur les salaires. Les bases sont désormais posées. République souveraine poursuit sa structuration locale : nous avons des comités en île de France, en Rhône-Alpes, en Loire-Atlantique, en Normandie, dans les Hauts-de-France… et beaucoup d’autres en cours de formation avec, en ligne de mire, les élections régionales de 2021.

 

‌Quel est votre regard sur le « référendum sur le climat » voulu par Emmanuel Macron ?
Avec ce référendum, Emmanuel Macron tente un coup de billard à trois bandes : jeter un voile sur les incohérences de sa politique climatique, faire un appel du pied aux électeurs écologistes et se refaire une légitimité …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous devez vous abonner pour lire cet article.

M'abonner à