fbpx

Logiciels espions : qui les utilisent vraiment ?

par

La haute technologie ne cesse d’innover et de progresser pour améliorer le confort quotidien de l’homme. Des applications sont maintenant disponibles pour la surveillance d’outils électroniques : téléphone portable, tablette et autres. Ces logiciels espions permettent de garder un œil sur n’importe quel appareil mobile à distance. Néanmoins, les logiciels espions sont strictement encadrés par la loi.

Les parents qui veulent surveiller leurs enfants

Tout du quotidien est connecté de nos jours, surtout les smartphones qui sont d’ailleurs la technologie la plus utilisée en ce moment. Presque tout le monde utilise un smartphone, allant des adultes, en passant par les adolescents et même les enfants depuis peu. C’est un matériel qui a été intégré totalement notre vie, il facilite le contact avec les proches et les plus éloignés. C’est justement pour cette raison que son contrôle et sa maîtrise sont nécessaires.

Pour les parents qui sont les premiers responsables de leurs enfants. Ils sont bien obligés d’utiliser ce genre de moyen afin de surveiller les faits et gestes de leurs enfants. C’est une excellente technique pour surveiller à distance SMS, MMS et réseaux sociaux en toute discrétion. Il s’agit également d’une manière de les protéger contre toutes personnes mal intentionnées.

Ce programme favorise la lutte contre l’exposition au cyber harcèlement. Il permet aussi d’identifier les mouvements suspects et de prendre les mesures nécessaires à temps. Et puisque par son aide, on a accès aux données du matériel, il évite la surexposition à l’écran pour les enfants.

Les jaloux qui veulent garder un œil sur leur partenaire

Parmi les milliers de personnes dans le monde qui utilisent des logiciels espions, les jaloux représentent un grand pourcentage. On parle ici des femmes ou hommes en couple qui ne font pas confiance à leur partenaire. Le logiciel leur permet de voir à distance les messages, de voir qui appelle et qui est appelé, d’enregistrer les appels sortants et entrants, de connaitre la durée des appels.

Notez que l’installation de ce logiciel est facile, car il est possible de le faire soi-même directement sur l’appareil de la cible. Il s’adapte à une multitude de matériels. Certains peuvent aussi s’installer discrètement à distance sans que le propriétaire s’en aperçoive, ces derniers étant par ailleurs illégaux en France.

Les chefs d’entreprise qui veulent surveiller leurs salariés

Les logiciels espions sont également nécessaires dans le monde des affaires. C’est même devenu pratique courante et un principe pour les chefs d’entreprises. Il est utile pour savoir s’il y a des détournements au sein de leur entreprise, car ils auront accès à toutes les manipulations de chaque employé.

Ce genre de logiciel offre la possibilité de contrôler les salariés et faire en sorte que les informations importantes internes restent confidentielles. Via le logiciel espion, il est également possible de bloquer l’accès à certaines plateformes ou sites.

Le logiciel est facile à installer. Il peut se présenter sous forme de fichier joint, de carte de vœux ou autrement. Il faut simplement inciter la cible à l’ouvrir, moyen pour que le programme s’installe. Les étapes d’installation ne sont pas forcement pareil, mais en général, il faut remplir toutes les informations demandées et le lien de téléchargement sera transféré directement vers l’appareil cible. Pour bien réussir le coup, il faut sauvegarder les codes d’activations, mots de passe et courriers.

Les limites légales de ces logiciels

Si leur simplicité d’utilisation et d’installation est sans pareille, les logiciels espions sont strictement encadrés par la loi. En France, il est interdit de les utiliser à l’insu d’une personne, y compris mineure, sous peine de tomber sous le coup de l’article 226 du code pénal, punissant quiconque se rendant coupable de violation de la vie privée d’autrui d’une amende pouvant aller jusqu’à 45000€ d’amende assortie d’un an de prison.

Ainsi, il est impératif d’obtenir le consentement écrit de la personne surveillée, y compris s’il s’agit de son enfant. Dans le cadre professionnel, l’employeur doit faire signer une décharge non-contraignante à ses salariés précisant la nature des données collectées et le motif associé, avant de pouvoir faire usage d’un logiciel de surveillance.

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à