fbpx

Pierre Vermeren : « La Troisième République voulait éradiquer l’Ancien régime ; la Ve République post-De Gaulle a voulu éradiquer la nation »

Pierre Vermeren est un historien français de premier plan. Il revient avec un nouveau livre fascinant qui évoque en profondeur l’enracinement de la République en France et son affermissement. L’ouvrage explique ensuite comment a t-elle succombé au fil des années jusqu’à ce que le cadre national et républicain ne devienne plus qu’un souvenir. Un long entretien absolument passionnant pour mieux comprendre l’histoire que nous vivons, dans son ensemble.

Quelles sont les dates clés de la construction de la République française selon vous ?

En France, il y a eu cinq républiques depuis 1792. La date de naissance de chacune d’entre elles est un évènement important dans l’enracinement difficile du régime républicain. Ainsi, le 4 septembre 1870 est une grande date, puisqu’il met un terme aux régimes monarchiques et impériaux. Mis à part la parenthèse de Vichy (1940-1944), pour reprendre une sémantique gaulienne -selon laquelle la IIIe République n’a jamais été abolie-, nous sommes entrés il y a 150 ans dans un continuum républicain. Mais pourquoi ne fêtons-nous pas en France la naissance de la République, quand nos hommes politiques parlent de République et de citoyenneté à tout propos, et que nous adorons les commémorations ?

 

« Pourquoi ne fêtons-nous pas en France la naissance de la République, quand nos hommes politiques parlent de République et de citoyenneté à tout propos, et que nous adorons les commémorations ? »

 

C’est que la durabilité de la République a été longtemps incertaine. Non seulement elle est née de la défaite de 1870-71 et porte le double opprobre de la reddition de la France face à l’Allemagne, et de la répression sauvage de la Commune en 1871, mais aussi parce que la République possède des adversaires déterminés. Tour à tour, les monarchistes, l’Eglise catholique et les socialistes l’ont vivement contestée. On cite l’amendement Wallon du 30 janvier 1875 comme un tournant, car le régime devient juridiquement républicain : mais il n’est adopté à la Chambre qu’avec une seule voix de majorité, et son promoteur (Wallon) est lui-même un monarchiste orléaniste ! On pourrait aussi citer la démission du président monarchiste Mac Mahon le 30 janvier 1879, qui permet aux chefs républicains de prendre en main l’appareil d’Etat. Mais si leur autorité est incontestable, leur ancrage populaire reste étroit …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous devez vous abonner pour lire cet article.

M'abonner à