fbpx

Mgr Bernard Ginoux : « Quand on voit des cars de CRS présents sur des manifestation de catholiques, on peut se poser des questions »

Dimanche 29 novembre 2020, le Conseil d’Etat a annulé le décret limitant à 30 le nombre de fidèles dans les églises. Vingt-quatre heures avant Putsch avait interviewé l’évêque de Montauban qui, après les annonces du premier ministre au sujet du déconfinement, avait déclenché une fronde.

propos recueillis par

Avant l’intervention du Conseil d’Etat du 29 novembre, au sujet du nombre maximum de fidèles admis à participer à une messe, pendant le déconfinement, plusieurs évêques catholiques avaient pris des positions très critiques vis-à-vis de l’exécutif.

Parmi eux, figurait l’évêque de Montauban, monseigneur Bernard Ginoux. Le 27 novembre dernier, il a publié un message destiné aux prêtres et aux catholiques de son diocèse, pour qu’ils ne tiennent pas compte du nombre limite de participants aux messes. Il a également assuré l’assistance des avocats du diocèse de Montauban, au cas où les prêtres ou les fidèles recevraient des amendes.

Putsch l’a interviewé le samedi 29 novembre pour comprendre les motivations de cette prise de position. Dans ce long entretien, l’évêque de Montauban est revenu aussi sur la séparation entre l’Eglise et l’Etat mais aussi sur la liberté de culte et la liberté de manifestation.

Retrouvez l’interview de Monseigneur Ginoux dans la vidéo ci-dessous.

 


(crédit images à la une : monseigneur Bernard Ginoux – © Diocèse de Montauban)

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à