fbpx

Loi de sécurité globale : les appels à manifester de la presse notamment à Montpellier

par

Alors que la loi de sécurité globale est en discussion à l’Assemblée nationale et que Gérald Darmanin, le Ministre de l’Intérieur est contraint à un rétropédalage sur le très controversé Article 24 de la loi, les appels à manifester dans la presse et la société civile se multiplient pour ce week-end du 21 novembre.

Après un important rassemblement mardi dernier notamment à Paris, qui n’a bénéficié que d’un écho très faible dans les grands médias, de nouveaux rassemblements devraient avoir lieu ce samedi dans plusieurs villes de France.

Et ce sera le cas à Montpellier via un communiqué du Club de la presse Occitanie qui appelle via un communiqué de presse « ce samedi 21 novembre à 11 heures pour un départ prévu sur le parvis de l’Hôtel de Police (206, rue du comité de Melgueil). »

Le Club de la Presse Occitanie  déclare qu’ «il faut cesser d’opposer les fonctionnaires de police au travail des journalistes. La protection des agents doit être garantie tout comme la liberté de la presse. Ce dispositif sécuritaire supplémentaire s’inscrit après l’entrée en vigueur du schéma national de sécurité qui impose aux journalistes de se disperser en même temps que les manifestant·es lorsque les forces de l’ordre l’auront décidé. Ainsi, sur ce motif, deux journalistes ont été placés en garde à vue dans la nuit de mardi à mercredi, à Paris, une photographe de Taranis news et un JRI de France 3 Île-de-France écopant tous les deux d’un rappel à la loi. »

Le message est clair et les rassemblements devraient une nouvelle fois se tenir pour s’opposer énergiquement à cette loi que Putsch dénonce également avec véhémence.

Le communiqué du Club de la Presse Occitanie s’achève par cette phrase : «La profession ne peut pas se laisser faire en silence. Nous avons besoin de faire nombre pour être entendu.»

A samedi.

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à