fbpx

(Vidéo) « C’est ça la réalité, si vous ne voulez pas l’entendre sortez d’ici! » Olivier Véran sort de ses gonds à l’Assemblée

par

Alors que la nuit tombait sur Paris, un coup de tonnerre a retenti dans l’enceinte de l’assemblée nationale. Il était question du sujet explosif de la prolongation de l’état d’urgence sanitaire.

Et contre toute attente, l’opposition dans sa diversité a voté une prolongation de cet état d’urgence jusqu’au 14 décembre au lieu du 16 février 2021 comme envisagé initialement par le gouvernement.

Pourquoi ? Parce que les députés LREM n’étaient pas suffisamment nombreux pour faire basculer le vote. Certains parlementaires ont refusé de « mettre la démocratie sous cloche ». Notre confrère David Doukhan révèle sur son compte twitter une potentielle manoeuvre de Républicains pour provoquer un vote minoritaire au sein des députés de la REM.

Ensuite le député Paul Molac (Libertés et Territoires) a proposé un second amendement pour prévoir une prolongation du confinement au delà du 30 novembre, qu’avec l’accord du parlement. L’amendement a été finalement adopté.

C’est alors qu’Olivier Véran, Ministre de la Santé est sorti de ses gonds en revenant prestement dans l’hémicycle où son intervention a été particulièrement violente : «À l’hôpital de Corbeil-Essonnes, dans le service de réanimation, j’ai rencontré des soignants qui étaient déjà présents lors de la première vague, qui ont tout donné au printemps dernier et qui étaient fiers d’avoir sauvé des vies. Ils m’ont raconté comment ils étaient passés de 40 à près de 80 lits de réanimation et de soins intensifs pour pouvoir sauver des malades (…) Je suis rentré dans deux chambres dans ce service de réanimation. Dans la première chambre, il y avait un jeune homme de 28 ans dans le coma. Dans la deuxième chambre il y avait un homme en surpoids âgé de 35 ans». Le Ministre a conclu en éructant «C’est ça la réalité Mesdames et Messieurs les députés, si vous ne voulez pas l’entendre sortez d’ici! C’est ça la réalité dans nos hôpitaux, vous êtes en train de débattre de sujets alors que nos soignants se battent pour sauver des vies dans ces hôpitaux».

Ce coup de sang crée déjà la polémique et pose beaucoup de questions sur la sérénité du ministre et l’état de nerf dans lequel se trouve le gouvernement sur cette crise sanitaire.

Enfin, Olivier Véran a demandé « la réserve des votes » prévu par le règlement qui signifie que les débats vont se poursuivre mais un seul vote sera organisé en fin de texte, avec seulement des amendements choisis par le gouvernement.

L’affaire se complique sérieusement pour l’exécutif qui n’en finit plus de s’enfoncer.

( Capture d’écran TWitter – Public Sénat)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à