fbpx

Le pape François fait de la politique dans sa dernière encyclique

par

Le Pape vient de publier ‘Tous frères ». Il s’agit de sa troisième lettre encyclique, c’est-à-dire un message adressé par le pontife aux catholiques du monde entier. Dans le texte il aborde des thèmes très politiques tels que : la propriété privée, les frontières et la paix.

LoLa « fraternité » est le thème conducteur de la nouvelle encyclique, publiée le 4 octobre dernier par le pape François.

Son titre original, en italien, est « Fratelli tutti » : « Tous frères ».  Dans ce texte, le pape n’hésite pas à émettre des doutes sur le concept de souveraineté et semble attaquer frontalement les partis politiques dits « populistes ». Les encycliques s’adressent aux catholiques du monde entier. Ainsi le pontife n’évoque jamais la situation politique de tel ou tel Etat.

Il est difficile de croire que le Pape ne parle pas des Gilets Jaunes lorsqu’il écrit que «les mouvements populaires rassemblant des chômeurs, des travailleurs précaires» sont des «poètes sociaux», avec lesquels il faut bâtir une «économie populaire et de production communautaire».

Le pontife romain – fils d’immigrés italiens arrivés en Argentine au début du XX siècle – a estimé que le droit de propriété est relatif. Pour le Pape il y a une «subordination de toute propriété privée à la destination universelle des biens de la terre et par conséquent, le droit de tous à leur utilisation».

Au sujet des migrants, le chef de l’Eglise catholique précise que  les «limites et les frontières des États ne peuvent pas s’opposer» aux migrants et que  «personne ne peut être exclu, peu importe où il soit né». Pour le Pape, il est «important d’appliquer aux migrants arrivés depuis quelque temps et intégrés à la société, le concept de citoyenneté».

Evoquant les conflits qui ensanglantent le monde, le pape François a dit qu’il n’y a pas de guerre « juste ». Et qu’il faut tout faire pour arriver à «l’élimination totale des armes nucléaires».

Retrouvez ci-dessous la vidéo réalisée par Putsch :

 

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à