En Italie, les Gilets Oranges bravent les interdits du confinement et créent la polémique

par
Partagez l'article !

Décryptage – Le Samedi 30 mai dans 29 villes italiennes le mouvement des Gilets Oranges a manifesté. Il s’agit d’un mouvement difficile à cerner qui n’est pas une réplique des Gilets Jaunes français. Son fondateur est un ancien général des Carabinieri. Il est à l’origine de plusieurs mouvements de contestations comme celui « des fourches » actif entre 2012 et 2013 en Italie.

Partagez l'article !

Des milliers d’italiens sont descendus dans la rue samedi 30 mai 2020, pour participer aux manifestations des Gilet Arancioni, en français : Gilets Oranges. Parmi les rassemblements qui ont eu lieu dans vingt-neuf villes transalpines, celui de Milan a été le plus important grâce, notamment, à la présence du général Antonio Pappalardo.

Cet ancien officiel du corps des Carabinieri (plus ou moins l’équivalent de la Gendarmerie française, ndlr) a fondé le parti des Gilets Oranges en 2019, afin de participer aux élections régionales en Ombrie ainsi qu’aux élections européennes. Au cours de ces deux scrutins, le général n’a pas eu le succès espéré. En Ombrie, le parti du général Pappalardo a obtenu 524 voix (0,1% du total des voix). Et le …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous avez lu vos

0 articles offerts.

M'abonner à