fbpx

Black Rock : recommandations et réunions, une étrange proximité avec la réforme des retraites

par

Le nom de Jean-François Cirelli, président de la branche française de Black Rock, est apparu ce mercredi 1er janvier dans le Journal officiel suite à sa promotion au sein de l’Ordre national de la Légion d’honneur.
Le patron France de Black Rock était déjà depuis 2006 Chevalier et cette promotion le propulse comme Officier de la Légion d’honneur depuis ce 1er janvier.

Alors que le pays est secoué par des mouvements sociaux historiques, et que Black Rock est de plus en plus cité comme un acteur dans l’ombre de cette réforme des retraites, il est difficile de ne pas se poser la question sur cette nomination. Certains ont l’accusation facile et brandissent déjà la qualification de complotisme pour tous ceux qui se hasarderaient à se poser au moins la question de la collusion entre Black Rock et le gouvernement. Des accusations un peu hâtives et excessives au vu des éléments qui sont aujourd’hui rendus publics.

A toutes fins utiles, et pour être factuel, Black Rock s’intéresse de près à cette réforme des retraites. Pour preuve, en juin 2019, Black Rock, gestionnaire d’actifs dans le monde pour plus de 6 000 milliards de dollars avait fait des recommandations au gouvernement. Ce document de 15 pages, intitulé « Loi Pacte : le bon plan retraite » est à lire ici (https://www.blackrock.com/corporate/literature/whitepaper/viewpoint-loi-pacte-le-bon-plan-retraite-juin-2019.pdf ).

Au-delà de ces « recommandations », et suite à des articles de confrères notamment Mediapart, l’Humanité ou le Canard enchaîné, plusieurs réunions avec des dirigeants de Black Rock ont eu lieu avec des membres du gouvernement notamment à l’Elysée depuis 2007. Jean-Paul Delevoye avait lui aussi rencontré des dirigeants de Black Rock en mars 2018.

Lorsque la Secrétaire d’Etat Secrétaire d’Etat, Ministre de l’économie et des finances s’émeut au micro de RMC que «le marché français est une boite de Smarties pour Black Rock et ce gestionnaire d’actifs ne fait de lobbying car il n’y a pas grand chose à gagner ici en France », on peut s’en étonner lorsqu’on reprend la chronologie du calendrier des nombreuses rencontres avec les dirigeants de Black Rock avec certains membres du gouvernement. C’est une argumentation bien faible qui n’explique en rien le rôle que joue Black Rock aujourd’hui sur cette réforme des retraites.

Alors oui Black Rock s’en défend en rappelant «qu’il n’est pas un fonds de pension et ne commercialise pas de plan d’épargne retraites ». Mais la France apparaît comme un nouveau marché avec cette réforme des retraites et les produits pourront être ajustés ou créés en fonction des opportunités qui en découleront. Sinon pourquoi des recommandations précises adressées au gouvernement et de nombreuses rencontres en amont de cette réforme ?

Alors oui la question se pose et elle est entièrement légitime. Et ce n’est pas faire du complotisme que de chercher à comprendre ce qui est en train de se jouer en France. Du complotisme au déni de réalité, il n’y a qu’un pas.

Laissez votre commentaire

Il vous reste

2 articles à lire

M'abonner à