fbpx

Alex Jordanov : « On doit s’attendre à des attaques car nous sommes confrontés à un problème bien plus vaste que l’éventuelle présence de cellules dormantes »

Après l’attaque qui a provoqué quatre morts à la Préfecture de Police de Paris, Putsch a recueilli la réaction d’Alex Jordanov qui a un regard aguisé sur ces faits et une analyse sans concession de la situation actuelle. Le journaliste – auteur entre autres du du best seller « Les guerres de l’ombre de la DGSI : Plongée au cœur des services secrets français » – n’a aucun doute : selon lui, la France est en danger.

Quel regard portez-vous sur l’attaque à la Préfecture de Paris ? Avez-vous eu vos sources ?

D’abord je n’ai pas eu besoin d’avoir mes sources car ce genre de scénario, nous l’avons déjà vu plusieurs fois. L’infiltration, c’est problématique. Ce qui n’a pas encore été révélé, c’est l’étendue de ce qu’il a pu divulguer à ses associés dans cette entreprise terroriste. Ce qui est certain c’est que oui, il a collectionné les infos et ce ne sont pas des informations anodines. Les dommages collatéraux qu’il a pu provoquer sont d’une gravité exceptionnelle, proches du 13 novembre 2015.

Doit-on s’attendre au pire à court ou moyen terme ?

Les services vont connaître l’étendue des dégâts dans très peu de temps. Il faut savoir que l’État islamique n’existe plus et qu’il s’est scindé en quatre groupes rivaux. Ils n’ont plus de services de renseignements aussi efficaces qu’auparavant. Les drones américains ont éliminé les leaders et les donneurs d’ordre les uns après les autres. C’est tout sauf un hasard s’il y avait une personne avec ce profil à ce poste clé à la Préfecture de Police. Il est une source de données inestimables sur les membres et les opérations en cours de nos services de renseignements. C’est flippant de savoir qu’il ait pu amasser les identités et des …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre spéciale]

3,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous devez vous abonner pour lire cet article.

M'abonner à