fbpx

Michel Aubouin : « En 2005, l’Etat a laissé passer sa chance mais l’opinion publique n’est pas prête à accepter des mesures plus sévères »

Michel Aubouin est Préfet et Inspecteur général de l’Administration. Aujourd’hui il sort de son droit de réserve dans cet ouvrage explosif. Il est un spécialiste de la question de l’immigration, des cités, de la délinquance urbaine et des zones de non-droit. Dans cet entretien, il dévoile son analyse sur cette situation qu’il n’est pas loin de juger comme « désespérée ».

Dès l’introduction de votre livre, vous évoquez votre devoir de réserve. Pourquoi l’avoir transgressé Michel Aubouin ?
Je pense qu’il est de mon devoir de rendre public ce sujet si mal connu.

Vous êtes vous-même issu de ces quartiers et vous êtes devenu haut fonctionnaire. Aujourd’hui est-ce que cette situation pourrait se renouveler pour certains jeunes de ces quartiers ? En somme, est-ce que l’Ecole républicaine continue à jouer son rôle dans ces territoires ? Si non, pourquoi elle ne le peut plus ?
Il existe encore de belles réussites, mais c’est de plus en plus rare, car l’école ne distingue plus les très bons élèves.

Quand ces problèmes ont-ils commencé à apparaitre dans ces quartiers et pourquoi ?
Les problèmes sont apparus entre 1974 et 1976 à cause de …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre spéciale]

3,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous devez vous abonner pour lire cet article.

M'abonner à