fbpx

Adeline Wrona : « Les Gilets Jaunes ont constamment résisté à la demande du pouvoir et des médias, qui est d’identifier des leaders, et les faire entrer dans la logique institutionnelle »

Alors que ce livre  » La Fabrique de l’autorité » publié sous la direction d’Adeline Wrona et d’Emeline Seignobos a été publié en mai 2017, son propos est d’une formidable actualité depuis le début de la crise des Gilets Jaunes. Adeline Wrona a donc répondu à nos questions sur l’émergence de figures populaires au sein des Gilets Jaunes, le traitement médiatique du mouvement et le discrédit violent à l’endroit de la classe politique.

Votre livre est paru en 2017. Depuis les Gilets Jaunes sont entrés dans la sphère médiatique et l’ont profondément bousculée. La classe politique a été largement conspuée de façon brutale de la part d’une partie de la population alors que dans le même temps, des figures médiatiques ont émergé chez les Gilets Jaunes et drainent derrières elles de grosses audiences. Comment expliquez-vous cela ?
Le mouvement des Gilets Jaunes entretient un lien très étroit avec le fonctionnement des médias, et en particulier des réseaux sociaux. Je suis d’accord pour dire que cela a représenté une remise en cause très forte des figures politiques traditionnelles, tout à fait dans le sens de ce que nous avions analysé dans notre ouvrage. Mais un puissant décalage s’est mis en place entre le rayonnement médiatique …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre spéciale]

3,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous devez vous abonner pour lire cet article.

M'abonner à