fbpx

Martin Péronnet (Monaco Telecom) : « L’écosystème 5G va fortement évoluer dans les 10 ans à venir »

Le 9 juillet 2019, la Principauté de Monaco est devenue le premier État au monde à ouvrir le réseau mobile 5G sur l’ensemble de son territoire. Cela été rendu possible grâce à une collaboration entre les acteurs locaux et le géant chinois de la téléphonie, Huawei. Bien que la Principauté de Monaco soit le deuxième plus petit de la planète, le déploiement de cette nouvelle technologie a représenté un challenge pour Monaco Télécom, comme l’a expliqué à Putsch, son Directeur Général : Martin Péronnet.

propos recueillis par

La Principauté de Monaco est passée au réseau 5G le 9 juillet dernier. Quels sont les premiers retours?

Les retours institutionnels et professionnels à Monaco sont très positifs. Il y a une prise de conscience des apports concrets de la technologie dans les années à venir et de l’opportunité de pouvoir les appréhender ici dès maintenant. Le Monaco Economic Board (MEB) organise une conférence pour les entreprises le 16 septembre pour aller plus loin et déclencher des réflexions sectorielles permettant de travailler sur des applications. Côté particuliers, nous enregistrons les premières ventes de terminaux 5G, qui vont s’accélérer avec l’enrichissement de la gamme. A l’extérieur de Monaco, force est de constater que notre lancement a été repris très largement, dans la plupart des pays en Europe notamment, et également en Asie. C’est très positif pour la Principauté, car cela renforce son positionnement innovant et dynamique.

Concrètement, quels changements pourront constater les Monégasques et les entreprises basées sur le Rocher?

A court terme, les « early adopters » (les utilisateurs de la première heure, ndlr) peuvent profiter de ce nouveau réseau sur des terminaux très avancés. Dès le mois de juillet, les nouveaux abris voyageurs en cours de déploiement proposeront du wifi gratuit pour tous grâce à leur connexion 5G. Comme montré pendant le lancement, les pompiers vont enrichir leurs moyens de visualisation des scènes d’incidents grâce à des drones transmettant leurs images très haute définition en 5G. Les entreprises pourront lors d’ateliers de travail organisés avec le MEB définir des pilotes de services innovants. A moyen terme, nous aurons un développement rapide des applications de type « smart city » dès la disponibilité des capteurs interactifs 5G (gestion à distance de l’énergie dans les bâtiments Haute Qualité Environnementale…). Nous verrons apparaître les premiers usages entreprise mettant en œuvre de la qualité de service garantie. Ceci permettra d’ici deux ans environ de concevoir et de déployer des modes de production plus automatisés. Nous estimons qu’à cet horizon de temps, la majorité des smartphones y compris moyens de gamme supporteront la 5G. A plus long terme, les premiers véhicules vraiment autonomes s’appuieront sur la 5G. L’écosystème 5G va fortement évoluer dans les 10 ans à venir, ce qui est complexe à concevoir aujourd’hui deviendra évident dans quelques années.

 

« Le réseau 5G, basé sur des standards mondiaux et adoptés par tous, a été conçu pour être plus sécurisé que les autres »

 

Cette initiative est née grâce à une collaboration avec Huawei. Ce géant chinois fait l’objet de tensions avec ses partenaires américains. Cela ne vous inquiète-t-il pas?

Comme tout client d’une entreprise prise dans des difficultés et des restrictions internationales, nous sommes forcément inquiets. Notre relation avec Huawei date de 2012. Nous suivons donc la situation au jour le jour et ne pouvons qu’espérer qu’elle soit résolue. Nous n’avons pas eu de conséquences sur le lancement de la 5G.

Parlons de sécurité. Quelles sont les priorités pour l’assurer sur le réseau 5G?

Le réseau 5G, basé sur des standards mondiaux et adoptés par tous, a été conçu pour être plus sécurisé que les autres. La technologie mobile devenant plus mature, elle intègre nativement beaucoup plus de contrôles et de solutions de cryptage. Comme pour toute technologie, cette sécurité sera challengée. À nous d’être très vigilants. Nous avons fait le choix d’isoler chaque élément du réseau dans des « forteresses virtuelles », et de monitorer précisément toutes les interactions avec ces matériels. Enfin, le renforcement de la sécurité ne se situe pas qu’au niveau du réseau. Il faut également renforcer la sécurité des postes utilisateurs : les équipements connectés doivent être protégés. C’est pour cela que nous avons signé avec le Gouvernement et F-Secure un accord permettant à chacun d’entre eux d’installer gratuitement des protections sur 5 terminaux.

 

« Le réseau étant prêt, nous sommes ouverts à tout partenariat avec les autres opérateurs 5G. Par ailleurs, Monaco Telecom est présent à Chypre, comme actionnaire à 100% d’Epic« 

 

La France a lancé le 15 juillet 2019 sa procédure d’attribution des fréquences 5G aux opérateurs télécoms. Le gouvernement français espère réaliser un premier déploiement commercial dans quelques grandes villes du pays à la fin de 2020. Il souhaiterait également assurer la couverture des deux tiers de la population d’ici 2026. Vu depuis la Principauté de Monaco, pensez-vous que ces objectifs sont réalistes?

Il y a deux sujets à maîtriser avec la 5G : la technologie elle-même et le déploiement du réseau. Sur la maîtrise de la technologie, nous y travaillons depuis plus d’un an. Certains opérateurs français ont également annoncé des tests locaux depuis l’an dernier. Ils seront donc prêts. Nous pouvons également estimer que les autres fournisseurs de réseaux seront également opérationnels au moment de l’attribution des fréquences en France. En ce qui concerne le déploiement, le délai semble réaliste.

Alors que la France et d’autres pays européens se lancent dans des projets de développement du 5G, avez-vous lancé des partenariats avec des opérateurs de ces pays?

Le réseau étant prêt, nous sommes ouverts à tout partenariat avec les autres opérateurs 5G. Par ailleurs, Monaco Telecom est présent à Chypre, comme actionnaire à 100% d’Epic, deuxième opérateur sur ce marché avec plus de 400 000 clients. L’avance prise à Monaco nous permet d’optimiser nos développements dans ce pays, où les fréquences 5G devraient être attribuées mi-2020.

 

« Nous participons à l’initiative « Extended Monaco » du Gouvernement Princier, qui vise à accélérer la transformation digitale de la Principauté »

 

Après le déploiement du réseau 5G, quels sont les projets futurs de Monaco Telecom?

Nous avons de nombreux chantiers majeurs en cours. Notamment la préparation d’une solution innovante de télévision, qui devrait voir le jour d’ici à la fin de l’année. Puis le lancement de notre service internet en fibre dès 2020. Aujourd’hui, nous délivrons déjà 1Gbs au travers du réseau câblé à tous les foyers de la Principauté. La fibre nous permettra de continuer d’accompagner le développement des usages. Enfin, nous participons à l’initiative « Extended Monaco » du Gouvernement Princier, qui vise à accélérer la transformation digitale de la Principauté. Nous chercherons, au travers de nos réseaux, de solutions de cloud et de nos partenariats à améliorer la qualité de vie et faciliter le futur des entreprises. Au-delà de ces innovations, nous avons encore beaucoup à travailler pour continuer à améliorer la qualité de nos services. Notamment sur le mobile, la Principauté est l’un des endroits les plus complexes à couvrir parfaitement au monde : sa densité, sa position face à la mer, son relief accidenté à flanc de montagne, et surtout sa proximité en tous points avec la France en font un véritable challenge.

Comment amener le réseau dans les endroits les plus encaissés ? Comment couvrir les appartements les plus élevés des immeubles à la frontière surplombant la France ? Nous devons continuer à trouver des solutions. Pour les utilisateurs, l’important est de pouvoir se connecter partout, ce n’est pas encore le cas dans 100% des appartements.
Après les tunnels et les galeries souterraines, nous sommes en train de finir de couvrir tous les parkings publics. En 2020, nous équiperons également les ascenseurs publics.

 


Repères :

La Principauté de Monaco est le deuxième plus petit État du Monde. Sur une surface de 2,02 Km2, résident presque 40.000 personnes. Cela fait de cette micro nation, l’un des lieux les plus densément peuplés de la planète. Monaco est une monarchie constitutionnelle. S.A.S. le prince Albert II est le chef de l’État.  Serge Telle est l’actuel Ministre d’État (premier ministre, ndlr). Le pouvoir législatif est exercé conjointement par le prince et le Conseil National qui est le parlement monocamérale de la Principauté. Ses 24 membres sont élus au suffrage universel tous les 5 ans. L’actuel président du Conseil National est Stéphane Valeri.

Monaco Telecom est contrôlée par deux actionnaires : le gouvernement princier et la holding NJJ Capital, appartenant à Xavier Niel. En 2018 Monaco Telecom a réalisé un chiffre d’affaire de 151 millions d’euros et des résultats nets de 68 millions d’euros.

Huawei (source : site internet de la société) : »est une entreprise privée détenue à 100% par ses employés. Par l’intermédiaire du syndicat Huawei Investment & Holding Co., Ltd., nous avons mis en place un programme d’actionnariat salarié impliquant 96 768 salariés actionnaires. Ce régime est limité aux employés. Aucune agence gouvernementale ou organisation extérieure ne détient d’actions dans Huawei ». En 2018 Huawei a réalisé un chiffre d’affaires de 105,19 millions de dollars et un bénéfice opérationnel de 10,68 millions de dollars.


(crédit photo. A la une : Martin Perronnet, DG Monaco Télécom © Bruno Bébert. Photo dans l’interview © Michael Alesi – Direction de la Communication)

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à