fbpx

Jean-François Larios : «Je me suis consumé dans le dopage, la dope, l’alcool, dans les bras des femmes, en flambant des millions dans les casinos»

par

En football, les histoires finissent par la chanson d’un mal aimé. Jean-François Larios endosse le maillot pendable.

Sacré meilleur joueur français lors du siècle dernier, il a brûlé la chandelle par tous les bouts, avant de devenir agent de joueurs. « Je me suis consumé dans le dopage, la dope, l’alcool, dans les bras des femmes, en flambant des millions dans les casinos ». Témoignage édifiant pour les apprentis dribbleurs ? Il n’a même pas trempé dans les sex-tapes, ni renié son maillot pour le championnat de Chine. Certes, il a emprunté la femme d’un de ses équipiers, mais Camus relevait déjà «  Tout ce que je sais de plus sûr à propos de la moralité et des obligations des hommes, c’est au football que je le dois ».

« J’ai joué avec le feu », Jean-François Larios, Solar, 8,90 €

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à