fbpx

Halle Tropisme : chambardement culturel à Montpellier

par

Le 18 janvier dernier, la Halle Tropisme a été inaugurée dans le cadre de la cinquième édition du festival éponyme. Située sur le site de l’ancienne Ecole d’Application de l’Infanterie (EAI), ce lieu alternatif est le premier bâtiment de la future Cité Créative montpelliéraine.

« La culture a pris la place du matériel de guerre », lance Philippe Saurel, maire de Montpellier, pour inaugurer la Halle Tropisme.

C’est en effet en lieu et place de l’ancien atelier mécanique de l’armée construit en 1913, qu’a été créé cet écosystème pour le développement de la filière culturelle et créative. « C’est un très beau signe de remplacer les outils de guerre par des outils de civilisation, ça a du sens », renchérit le maire en présentant ce « tiers-lieu » (à mi-chemin entre le lieu de vie et le lieu de travail) comme la première étape du grand chambardement culturel à Montpellier…
La Halle Tropisme fait partie du pôle métropolitain des Industries Culturelles et Créatives (ICC) et la métropole montpelliéraine, par délégation de la Ville (propriétaire du site) implante ici sa future Cité Créative. Au beau milieu des friches militaires réappropriées, l’immense chantier de l’Ecole Supérieure des Métiers Artistiques (ESMA) a aussi débuté. Si l’EAI est réhabilité, il en est de même pour d’autres bâtiments de la ville… Philippe Saurel rappelle, qu’à quelques pas de là, l’Hôtel Montcalm accueillera cet été le MoCo (le centre d’art contemporain de Montpellier) et que dans le quartier Boutonnet, le nouveau conservatoire ouvrira en 2020 en lieu et place de la maternité Grasset. « Il n’y a pas de limite à la culture. La culture est ancrée dans l’ADN de Montpellier » conclut le maire, qui, dans une métropole avec l’une des plus fortes croissances au niveau national, voit en elle « un gisement d’emplois ».

La Halle Tropisme, nouveau cluster montpelliérain pour entreprises et citoyens
La Halle Tropisme, c’est donc 4000 m2 d’espace dont son noyau, le « Village entrepreneurial » accueille déjà plus de 200 entrepreneurs issus de multiples univers : spectacle vivant, jeu vidéo, audiovisuel, animation, 3D, architecture, patrimoine, web, design, édition, photographie, journalisme, formation… « On ouvre avec un taux de remplissage de 90 %», annonce fièrement Jordi Castellano, directeur d’exploitation d’Illusion & Macadam, la coopérative porteuse, organisatrice et gestionnaire du projet, soutenu financièrement par une autre coopérative, SMART, compétente en matière de socialisation du travail et mutualisation des moyens.

Des professionnels mais pas que, puisque la Halle est aussi un lieu de vie pour le grand public à travers une programmation culturelle et artistique toute l’année. Ainsi, le Café tropisme est un endroit de convivialité mais surtout de « restauration créative ». Plus loin, une galerie permet d’accueillir expositions, performances ou salons alors qu’un espace polyvalent appelé « la menuiserie » peut être privatisé et employé de façon indépendante. « C’est une évolution dans la façon de travailler, on décloisonne la culture », termine Jordi Castellano.
En ouverture de festival et en guise de crémaillère, la Halle Tropisme a accueilli une armée de 4 300 visiteurs le vendredi soir et pas moins 8 000 personnes sur la journée de samedi. Souvent en ligne de mire, la culture continue donc de fédérer et d’enthousiasmer. C’est bon signe.

Halle Tropisme
121, rue Fontcouverte à Montpellier
http://www.tropisme.coop/

( crédit photo R.Rougé & Illusion Macadam)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à