Emmanuelle Rioux : « le Ministère des Armées est le seul à posséder une revue s’interrogeant sur ce qui est son essence, sans chercher à donner de leçon »

Partagez l'article !

Putsch a rencontré Emmanuelle Rioux, directrice de rédaction de la revue Inflexions. Selon elle, l’idée reposait sur l’instauration d’une «rencontre», un «échange» entre des civils et des militaires ». Inflexions a la particularité d’être éditée par l’Armée de Terre et de mêler des civils et des militaires dans ses contributions afin d’apporter réflexions et éclairages sur le monde militaire. Emmanuelle Rioux nous en dit plus sur cette revue passionnante et accessibles à tous.

Partagez l'article !

Tout d’abord, pourquoi ce nom Inflexions. Civils et militaires : pouvoir dire ?
Lors de la création de la revue, en 2004, l’idée était d’instaurer une « rencontre », un « échange » entre des civils et des militaires. Cette idée a été prolongée par la notion de perception du monde militaire. Comme il n’était pas question de pratiquer une révolution, le choix d’Inflexions s’est imposé.

Quelle est la genèse de la revue ?
Une femme, Line Sourbier-Pinter, civile de la défense, qui avait vécu longtemps à l’étranger en tant que chargée de mission pour le rayonnement de l’armée de terre, s’est aperçu que les expériences des militaires pouvaient intéresser et servir de base de réflexion à l’ensemble de la société. Elle a donc proposé la création d’une revue au chef d’état-major de l’armée de terre. L’idée fut acceptée et le premier numéro est sorti en février 2005 à l’issue d’un lancement au Sénat en présence du président du Sénat et de la ministre de la Défense. Line Sourbier-Pinter fut la première rédactrice en chef d’Inflexions.

Peut-on dire que c’est une revue de débat ? Et dans quelles proportions ?
Inflexions est plus une revue d’échange, de découverte et de réflexion qu’une revue de débat. Néanmoins, elle suscite fréquemment des interrogations autour des thèmes qu’elle aborde. Ce fut récemment le cas avec son numéro « Et le sexe ? » (n°38, printemps 2018). Ses pages sont cependant ouvertes au débat dans la mesure où certains articles peuvent être des réponses à des textes publiés dans les numéros antérieurs. Le débat est en revanche bien présent, voire animé, au sein du comité de rédaction et du comité de lecture lors du choix des thèmes des numéros et de …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous avez lu vos

0 articles offerts.

M'abonner à