L’Italie coupe les rentes politiques (sans réduire le nombre de parlementaires)

par

Bien que très critiqué au niveau international, le gouvernement italien avance sur le chemin des réformes. En effet les forces politiques qui soutiennent le gouvernement sont en train de mettre en place des nouvelles règles pour rendre la gestion de la « chose publique » plus transparente et juste. Une démarche qui permet aux citoyens d’exiger que les politiques rendent compte de leurs activités et ne profitent plus de privilèges.

La chambre italienne des députés  a abrogé définitivement les vitalizi : les rentes mensuelles dont bénéficiaient jusqu’à aujourd’hui tous les anciens députés italiens à vie. La mesure était l’un des objectifs historiques et non négociables du Mouvement 5 Stelle, le parti antisystème crée par l’humoriste Beppe Grillo (retrouvez l’interview accordée en exclusivité à Putsch).  La réforme n’a pas été introduite par une loi mais par une simple délibération du bureau de présidence de la Chambre des Députés à la tête de laquelle siège Roberto Fico, personnage de premier plan du Mouvement 5 Etoiles.

 

Les vitalizi ont été introduits dans les années 1960. L’objectif consistait à assurer aux anciens députés la possibilité de continuer à participer à la vie politique du pays en leur évitant de rester sans ressource à la fin de leur mandat.

Au fil du temps, le nombre de bénéficiaires augmenta considérablement jusqu’à atteindre 1.338 ex-députés auxquels s’ajoutent les veuves/veufs des député(e)s décédé(e)s. Globalement, cette réforme permettra, selon les calculs de la présidence de la Chambre des Députés, d’économiser 200 millions d’euros.

Le droit à la rente des ex-parlementaires avait été déjà profondément reformé en 2012, avec l’introduction d’un système de calcul basé sur les contributions effectivement versées par les députés et pas exclusivement sur le nombre de mandats et le statut d’ex-député. Mais les nouvelles règles concernaient seulement les nouveaux élus. Cette réforme touchera celles et ceux qui ont siégé dans l’hémicycle du Palais de Montecitorio (le siège de la Chambre des Députés italienne). A partir du 1er janvier 2019, il faudra avoir siégé à la Chambre des Députes pour au moins 5 ans et avoir atteint 65 ans, pour bénéficier de ce droit de rente.

Pour se donner une idée des baisses, il suffit de citer quelques exemples criants présentés par la presse italienne, d’ex-député(e)s bénéficiaires. Selon les calculs effectués par l’agence de presse italienne Agi, la rente mensuelle de l’ancien président de la Fédération Italienne de Football, Antonio Matarrese, député pour cinq législatures, devrait passer de 7.700 à environ 3000 euros. L’ancien président de la Commission Européenne, Romano Prodi, verra sa rente mensuelle passée de 3000 à 1000 euros. La star du cinéma érotique, Ilona Staller, connue sous le nom de scène de Cicciolina, qui a été députée pour un mandat, subira également une réduction de rente de 3100 à 1100 euros environ.

La réforme des vitalizi a été vivement contestée par plusieurs ex-députés qui se sont dits prêts à présenter un recours auprès de la Cour Constitutionnelle. En effet, parmi ces ex-députés  figurent des personnes dont  la seule  source de revenus est constituée de leur rente parlementaire.  Pour cette raison, le texte de la réforme prévoit que le montant ne pourra pas être inférieur à 980 euros. Ce seuil sera élevé à 1.470 euros pour les anciens députés qui, pour effet de la réforme, verront leur rente se réduire de plus de 50%. Par exemple, un ex-député a touché jusqu’à aujourd’hui 2.500 par mois. Suite à cette réforme, il ne devrait toucher dorénavant que 50% de ce montant, soit 1.250 euros, grâce au seuil minimal. Il pourra donc bénéficier d’un chèque de 1.470 euros.

L’autre branche du parlement italien, le Sénat (qui à la différence du Sénat français est élu au suffrage universel) semble vouloir prendre plus de temps pour introduire une réforme similaire à celle de la Chambre des Députés. Sa présidente,  Maria Elisabetta Alberti Casellati (Forza Italia), deuxième personnage de l’Etat, a déclaré à la presse le 28 juin 2018 de « ne pas avoir de réserve sur le sujet, du point de vue politique. Simplement, nous cherchons une solutions qui peut avoir un équilibre juridique ».

Pour le vice premier ministre et ministre du travail, Luigi di Maio (Mouvement 5 Étoiles) les ressources économisées grâce à la réforme des vitalizi, seront versées dans un fond de soutiens aux retraités qui touchent des retraites basses.  Dans un tweet, il s’est réjoui de la réforme en déclarant : « Pour combien de temps nous avons attendu l’élimination de ces privilèges ? Maintenant on y est ! ». Il a également lancé le hasthag : #ByeByeVitalizi et a signé un long éditorial sur le blog du mouvement.

L’ homologue de Luigi Di Maio, le ministre de l’intérieur Matteo Salvini (Ligue) a également manifesté sa satisfaction en twittant : «Le parlement a approuvé la réduction des #vitalizi pour 1.240 ex parlementaires: STOP aux vieux et absurdes privilèges. Avec la #Lega, on passe des paroles aux actes ».

À la différence de la France, où beaucoup d’élus sont considérés comme « privilégiés » par rapport aux autres citoyens , nombre de leurs homologues italiens ont abandonné cette posture depuis des années. Par exemple un élu de la République bénéficiaire d’ un logement HLM, serait très mal perçu par les électeurs italiens. Les résultats électoraux  de ces dernières années le prouvent. Les électeurs italiens peuvent faire changer radicalement le panorama politique en récompensant ou pénalisant une force politique lors du passage dans l’isoloir.  En Italie, depuis les années 80, on a assisté au démantèlement progressif des privilèges de la classe politique. Des livres comme le best-seller La Casta (la caste NDR, paru en 2007) écrit par deux journalistes du quotidien Corriere della Sera : Gian Antonio Stella et Sergio Rizzo, ont permis à l’opinion publique de prendre conscience de l’éloignement de la classe politique de la réalité des citoyens.

Une prise de conscience qui a été amplifiée par le Mouvement 5 Stelle. Certes la corruption reste un mal très répandu dans la Botte mais les Italiens acceptent de moins en moins que les politiques restent déconnectés des réalités. De plus, en Italie, les mécanismes pour éviter la « professionnalisation » de la politique sont une réalité depuis des années, alors qu’en France, les mesures sont beaucoup plus récentes. C’est le cas par exemple du nom cumul des mandats. En Italie, le maire d’une commune d’au moins 20.000 habitants ne peut pas devenir député ou sénateur. Il existe également une limite des mandats pour les maires (pas plus que deux consécutifs). En France, selon le site www.vie-publique.fr : « Tout au long de la cinquième République, une grande majorité des parlementaires ont été en situation de cumul de mandats. En 2012, 476 députés sur 577 (82%) et 267 sénateurs sur 348 (77%) exerçaient au moins un autre mandat électif »« Ces chiffres font de la France une exception en Europe, où la proportion d’élus en situation de cumul ne dépasse pas 20%. En Italie, 16% des parlementaires exercent au moins un autre mandat, ils ne sont que 15% en Espagne, 13% en Grande-Bretagne et 10% en Allemagne ».

Peut-être que la France pourrait s’inspirer de ces changements afin d’élargir la participation citoyenne à la gestion de la chose publique et de contrebalancer la concentration de pouvoir prévu par la constitution de la Ve république. Cela pourrait être une solution alternative à la réduction du nombre des parlementaires.

(crédit photo des « Frecce Tricolori »- Mauricio Artieda sur Unsplash)

© PUTSCH – Toute reproduction non autorisée est interdite

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à