« Find the Nelson Mandela in you »: En Afrique du Sud, sur les traces de Mandela

par
Partagez l'article !

Reportage d’Aline Apostolska depuis l’Afrique du Sud – Quand on pense Afrique du sud, on pense d’abord Nature. On visualise des lions et des girafes, la brousse à l’infini mais aussi des vignobles réputés ainsi que l’observatoire des origines de l’humanité. Et on a raison car le pays recèle bien toutes ces merveilles. Le pays n’en détient pas moins une identité historique, culturelle et artistique bien spécifique. Alors que le 18 juillet prochain, on fêtera le centenaire de naissance de Nelson Mandela, père tutélaire indissociable de l’Afrique du sud contemporaine, cette dimension historico-culturelle revêt une importance particulière. Voici le récit d’un beau voyage urbain, de Johannesburg à Durban, KwaZulu Natal, Le Cap puis Port Elizabeth.

Partagez l'article !

Parcourir dix-huit mille kilomètres pour aller en Afrique du sud, c’est bien ce que l’on appelle le bout du monde, non ? Après c’est l’Antarctique, c’est dire… J’en ai profité pour lire Long walk to freedom, l’autobiographie que Mandela écrivit durant sa captivité à ciel ouvert sur la tristement île de Robben Island. A-t-il jamais douté de recouvrer un jour la liberté, de survivre même ? Sans doute. Néanmoins, ce que l’on lit dans ce long récit épique résonne comme un appel adressé à tout humain. Souvent on écrit parce que le monde ne tourne pas rond et que l’on n’y peut rien ou pas grand-chose, mais Mandela, lui, a écrit parce qu’il était certain du contraire, ou voulait s’en persuader pour ainsi pouvoir, le jour venu, passer à l’action.

Ainsi écrivit-il que la sanglante exploitation des Noirs et des Métisses par les Blancs serait abolie, l’apartheid honni, la société multiculturelle, arc-en-ciel comme la nommera Desmond Tutu son ami d’enfance, existerait, les onze langues parlées, celles des tribus majeures du pays, seraient toutes officielles et on en imposerait une autre, commune, l’Afrikaans, la langue des Afrikaners obligatoire dès l’école maternelle depuis 1994. On inscrirait dans une Constitution toute neuve le droit irréductible de tous à toutes les libertés civiles fondamentales. Et, loin de tout esprit de vengeance, on pardonnerait sans pour autant oublier dans une stupéfiante entreprise de vérité et de réconciliation qui à sa suite inspirerait plus d’un pays dans le monde. Mandela l’a écrit, et puis il l’a fait. En refermant le livre, je me demandais ce que j’allais trouver de cet idéal dans l’Afrique du sud d’aujourd’hui que le monde profitera de son centième anniversaire de naissance pour lui rendre hommage. Convié par la Fondation Nelson Mandela (NMF), Barak Obama prononcera d’ailleurs une conférence.

 

Everard Read, galerie privée d'art contemporain sud-africain à Johannesburg (© A. Apostolska)
Everard Read, galerie privée d’art …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous avez lu vos

0 articles offerts.

M'abonner à