Christine Simeone : « Le savoir se teste, se met en bouche et en paroles, s’échange, c’est le sel de la vie »

Partagez l'article !

Christine Simeone, l’une des voix culturelles de France Inter, ne parle pas seulement de culture et de numérique à l’antenne. Elle est aussi la tête pensante d’un festival littéraire niché dans un charmant village corse, lui-même perché dans les montagnes au mois de juillet. Une nouvelle édition verra le jour cette année avec un programme élargi, riche et bien entendu culturel dont le parrain est l’écrivain, Jérôme Ferrari, prix Goncourt en 2012 avec « le sermon de la chute de Rome » ( Editions Actes Sud)

Partagez l'article !

Quel sera le fil rouge de ce nouvelle édition en juillet 2018 ?
Cette année au programme, la Grèce et la montagne. La Grèce notamment dans la poésie et les inspirations littéraires de la chanteuse Angélique Ionatos et également avec Marie-Laure Coulmin – Koutsaftis qui est traductrice et cinéaste, et qui connaît aussi bien la poésie grecque que les enjeux politiques du pays.
La montagne sera le sujet de rencontres non pas en tant que décor de romans, mais comme source d’écriture pour les auteurs aussi bien de nouvelles policières comme Jean-Yves Aquaviva ou dessinateur du sublime album Mazzeru comme Jules Stromboni, édité chez Casterman. Enfin, nous aurons une très belle soirée en compagnie d’un des écrivains les plus talentueux du moment, Marc Biancarelli, qui vient de publier Massacre des Innocents chez Actes sud.

La particularité de cet événement culturel réside dans le cadre qu’il occupe, un petit village corse, pourquoi ce choix, Christine Simeone?
Le choix …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous avez lu vos

0 articles offerts.

M'abonner à