fbpx

Mother! : L’enfer de Darren Aronofsky

par

Par Romain Rougé – Le dernier film de Darren Aronofsky (Requiem for a Dream, Black Swan) nous propose une vision cauchemardesque de l’Autre.

Une maison circulaire perdue au milieu d’une prairie sans fin. Jennifer Lawrence et Javier Bardem forment un couple modèle, en apparence. Elle est perfectionniste, amoureuse, angoissée. Lui est dépressif, narcissique, un écrivain en panne d’inspiration. La vie du couple est perturbée par l’arrivée d’invités inopportuns interprétés par Michelle Pfeiffer et Ed Harris. Ce sera la première salve d’intrusions, avec ce message sartrien : l’Enfer, c’est les autres.

Mother! divise, que cela soit par ses aspects bibliques ou horrifiques très appuyés. Certes, le film use de trames éculées. L’intérêt du film se joue, selon nous, ailleurs.
D’abord par le parti-pris de suivre l’histoire sous le regard de Jennifer Lawrence (qui, comme l’ensemble des personnages, ne porte pas de nom). Nous déambulons avec elle dans cette maison qui est une boucle matérielle dans la boucle temporelle. Le spectateur est happé par l’incompréhension de ces situations rocambolesques.

La deuxième partie du film apparaîtra comme exagérée si on la considère simplement de par son aspect ésotérique ou comme métaphore de la sempiternelle recherche de notoriété. Si l’on reste sous l’angle du cauchemar – le film débute d’ailleurs sur une scène de réveil – on se sent plutôt prisonnier et impuissant, dans un bien obscur écrin où aucune règle n’a besoin d’être établie. Nous voici alors dans une représentation plutôt réussie des méandres de l’esprit humain.

En parallèle, il y a l’implosion d’un couple et la traduction d’un amour non partagé. Aimer l’amour de l’autre plutôt que l’autre lui-même. La folie dantesque des dernières minutes trouve alors plus d’intérêt, où l’effacement d’une personne se matérialise en un chaos incontrôlable. C’est alors que chaque personnage qui entre et sort de la maison devient le Mal, un Enfer qui dévore et consume.

Dès lors, quand l’envahisseur est en fait l’image que nous avons de l’autre, ou simplement la personnification de nos peurs, on s’endort sur l’aspect mystique du film pour mieux s’éveiller sur son aspect purement cauchemardesque.

Mother!
De Darren Aronofsky
Avec : Jennifer Lawrence, Javier Bardem, Ed Harris, Michelle Pfeiffer
Durée : 1h55
Sortie nationale : 13 septembre 2017

Lire aussi dans nos critiques cinéma :

Barbara : l’envoûtant jeu de miroir de Mathieu Amalric et Jeanne Balibar

47 Meters Down : un petit thriller claustrophobique au fond de l’océan

120 battements par minute : le militantisme coup de poing d’Act Up

Heis : le film d’une génération par Anaïs Volpé

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à