fbpx

Tour de France : Christian Prudhomme, une main d’acier sur le tour

par

Par Marc Emile Baroneid – Christian Prudhomme se dit jamais rebelle, mais pas non plus mouton. Cette fine lame des relations humaines cache sous son gant de velours une main d’acier trempé. Sa détermination souriante en a déjà amadoué plus d’un.

Indispensable, quand on dirige le Tour de France depuis dix ans. Prudhomme partage avec Blondin un amour inconditionnel du vélo mais, à la différence d’Antoine, son petit jaune est la tunique du vainqueur. On se dit que la promesse de secrets et de révélations sur les coulisses de la course est avant tout un hameçonnage éditorial, mais l’amateur y trouve son compte et le nostalgique se réjouit d’une agréable remontée du temps. Entre souffrance et lauriers, on croise des saints, des forçats, des martyrs, des géants, des tricheurs, des curés pittoresques. Le Tour, c’est la France de juillet, le « Père Noël d’été », et, pour certains, l’enfer du Nord est le chemin le plus sûr vers le paradis. Aucun autre spectacle – gratuit – n’entraîne dans les rues, avec des visées pacifiques, une population qui retient son souffle. Les chiens applaudissent et la caravane passe.

« Le Tour de France », Christian Prudhomme, avec la collaboration de Jean-Paul Ollivier, Plon. 18,90 euros

Lire aussi dans notre sélection d’ouvrages sur le sport :

Marc Madiot : un meneur d’hommes qui ne transige pas avec la discipline

Cyclisme : peloton d’anecdotes sur la Flèche Wallone et Liège-Bastogne-Liège

Coupe de France : 100 ans de football, de passion et d’exploits

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à