fbpx

Ray Bradbury : les codes du polar brillamment détournés

par

Par Emmanuelle de Boysson – Maître de la science fiction, Bradbury nous offre un roman noir envoûtant. 1949 : en Californie, une série de meurtres angoisse la ville de Venice.

Un jeune écrivain avide de succès découvre dans un canal le corps d’un vieillard. Il enquête. Tombe sur des personnages originaux et finit par trouver l’assassin. Premier tome d’une trilogie, ce polar ne manque pas d’humour détournant les codes, y mêlant du fantastique. Se lit comme un Simenon !

« La solitude est un cercueil de verre », de Ray Bradbury (Denoël)

Lire aussi dans notre sélection de polars :

Elsa Marpeau : des polars à la perception colorée du monde

David Bell : l’addiction comme méthode douce

Le 36 : l’antre mythique de la police parisienne

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à