IZO FITZROY - SKYLINE

Izo Fitzroy : une nouvelle diva de la Soul

Par Nicolas Vidal – Izo Fitzroy est la nouvelle pépite Soul & Gospel découverte par le BSC NEWS dans une pile d’albums qui traînait çà et là sur les bureaux. Elle nous vient d’Angleterre. Elle a été bercée au son du Gospel traditionnel dès son plus jeune âge.

propos recueillis par

Skyline est un album magnétique, et totalement entêtant porté par cette voix puissante qu’Izo Fitroy déploie à merveille. Rencontre avec cette nouvelle diva de la Soul.

Izo Fitzroy, comment avez vous découvert le Gospel lorsque vous étiez plus jeune ?
J’avais l’habitude d’écouter beaucoup de vieilles chansons gospel traditionnelles quand j’étais enfant. Je suis issue d’une famille catholique, j’ai été présentée à des gens comme Mahalia Jackson et The Clark Sisters dès mon plus jeune âge et c’est à ce moment-là que j’ai adoré le gospel. Une fois que j’ai rejoint Soul Sanctuary, mon enthousiasme n’a fait que grandir lorsque j’ai commencé à écouter du Gospel contemporain comme les icônes de la Nouvelle-Orléans : Kirk Franklin et Fred Hammond.

Que vous a apporté la pratique du Gospel dans votre façon de chanter et dans votre carrière de songwriter?
La pratique du gospel a ouvert un aspect émotionnel dans ma performance, et pourtant je ne suis pas quelqu’un de religieux. Je suis inspirée par le pouvoir de chanter et de plus grand que moi. Cela m’a également donné une base solide d’harmonie vocale qui se ressent fortement dans la plupart de mes chansons.

Vous avez une voix singulière et puissante. Comment avez-vous travaillé votre voix au fil des années? Quelles ont été vos différentes expériences ?
Merci beaucoup ! J’ai commencé à chanter professionnellement beaucoup plus tard dans ma vie, j’avais 22 ans c’était à l’Université en Écosse. Je chantais dans les chœurs gospel avec quelques-uns des meilleurs chanteurs de Gospel et de Soul au Royaume-Uni, cela m’a également poussé à élargir ma gamme et à être créatif dans ce que je fais avec ma voix. Pour l’utiliser vraiment comme un instrument.

Qu’est ce qui vous a poussé à écrire ce premier album « Skyline » ?
J’ai écrit Skyline à un moment où je me sentais mal. Je suis allée à la Nouvelle-Orléans où je ne connaissais personne. Cela m’a permis de me connaître un peu mieux et d’écrire des chansons sur ce que je traversais.

Pouvez-vous nous expliquer la signification de son titre ?
Skyline signifie que si vous vous focaliser sur «l’horizon», vous pouvez parcourir n’importe quoi. C’est une question de détermination et d’espoir.

Quel est votre rapport humain et musical à la Nouvelle Orléans ?
Je suis allée à la Nouvelle-Orléans en 2014 parce que j’avais toujours rêvé d’y aller. En passant par la musique gospel traditionnelle qui a commencé là-bas, aux artistes du jazz et du blues, c’est un endroit qui transpire la musique. Je suis complètement tombée amoureuse de la Nouvelle-Orléans. La gentillesse des gens, le cœur et l’âme incroyables de la ville et le bourdonnement constant de la musique, jour et nuit. Je me suis fait des amis très chers avec qui j’ai visité le sud, et cela m’a donné envie de devenir encore meilleure.

Simon Ward vous a accompagnée sur cet album. Pouvez-vous nous parler de cette rencontre et de cette collaboration sur Skyline ?
J’ai rencontré Simon au hasard sur Twitter. Nous avons décidé de travailler sur quelques pistes et nous avons tellement apprécié travailler ensemble que les deux titres sont devenus un album entier. Nous avons co-écrit la majorité de l’album et Simon l’a produit.

Selon vous, Skyline appartient à quel genre de projet : plutôt groove, plutôt soul, plutôt jazz ou les trois à la fois sans distinction de genres ?
Skyline est principalement un album d’âme, et l’âme est ce qui relie les nombreux genres qui apparaissent sur l’album.

Le public du club de jazz « Duc des Lombards » a pu vous découvrir en mars dernier à Paris lors de deux sets. Etait-ce votre premier concert en France ? Avez-vous aimé cette ambiance particulière au « Duc des Lombards » ?
Nous avons vraiment adoré nos représentations à Paris! C’était mon premier concert en France et c’était un plaisir de jouer au Duc Des Lombards. Le public a été très reconnaissant et attentif lors de nos deux sets. Nous sommes impatients de revenir en mai pour jouer au Divan Du Monde. Cette fois-ci, le public sera debout et pourra danser pendant notre concert.

Pour Skyline, comment s’est déroulée l’écriture des morceaux ? Aviez-vous déjà une précise de la finalité de l’album lorsque vous avez commencé à l’écrire?
L’album a été écrit de manière très organique sur deux ans. Simon et moi avons écrit une collection de chansons sur deux ans qui, avec sa production, les ont attachés très joliment ensemble.
Pour finir, si vous deviez définir votre album en 2 mots, que diriez-vous ?
Je dirais que l’album est « encourageant » et « soul ».

Izo Fitroy
Skyline
www.izofitzroy.com

( Crédit photo DR)

Lire aussi dans les interviews du Jazz Club :

José James : Love in a Time of Madness, un album intimiste

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à