fbpx

Polar : Ingrid Astier, vainqueure par chaos

par

Par Marc Emile Baronheid – Un Saoudien voyage avec 500.000 euros de bijoux et un convoi de protection. Puis un tunnel, plusieurs explosions tonitruantes, le magot qui change de mains, une escort « d’une stupéfiante virilité ».

Quel rapport avec ce cambrioleur traqué sans succès, jour et nuit, par une équipe de la BRB ? Ne comptez pas sur la môme Astier pour vous mettre au parfum. Pourtant elle en dit long. Peut-être trop long. Elle gagnerait à la jouer serré dans certaines séquences obsessionnelles. La romancière la plus percutante du paysage polardeux français ne renie rien de la violence et de l’irréductibilité qui font son charme. Simplement, elle agrémente son déluge d’un romantisme dont on est déjà curieux de mesurer le cheminement dans son prochain opus. L’art, la boxe, les échecs, la guerre. Il ne manque qu’une attachée parlementaire fantôme. Pour l’heure, il importe de jouir pleinement de pages à feu et à sang, habitées par le grand dessein d’Enki Bilal, somme toute assez proche de la romancière dans son souci d’illustrer l’irrésistible implosion sociale. Ingrid Astier vainqueure par chaos …

« Haute voltige », Ingrid Astier, série noire Gallimard, 21 euros

> Le site officiel d’Ingrid Astier

Lire aussi dans notre sélection de polars :

Olivia Cattan : un premier polar prometteur

John le Carré : l’écrivain se raconte

James Crumley : Fausse piste, bon polar

Jean-Christophe Grangé : Code Requiem ou les plaies de la société

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à