Eric Zemmour : son dernier livre devait-il être publié ?

par

Par Nicolas Vidal – Une passionnante interview de Francis Esménard, le patron des Editions Albin Michel publiée chez nos confrères de l’Express dans son édition du 19 octobre 2016* soulève le problème de la libre pensée et du pluralisme.

À l’occasion du nouvel ouvrage d’Eric Zemmour , qui caracole en tête des ventes en librairie, Francis Esménard répond aux critiques virulentes – et notamment internes – qui lui reprochent de donner la parole au journaliste politique et polémiste pour la sortie d’« Un quinquennat pour rien» publié aux Editions Albin Michel.

Le propos de Francis Eménard est passionnant tout autant que la vindicte est dangereuse à l’encontre de la maison d’édition. Car elle pose le problème central de la diversité des idées et, par conséquent, des fondements même de la démocratie . « Un éditeur n’est pas comme marchand de réfrigérateur (…) Chaque livre est différent et pose des questions spécifiques (…) » se défend-il pour assumer son choix éditorial. Sur la question de l’environnement médiatico-intellectuel, Francis Esménard esquisse une analyse qui incite à la réflexion « Une certaine intelligentsia de gauche veut toujours ostraciser ceux qui ne sont pas d’accord avec elle» et poursuit « il y a un décalage énorme entre le pays et une partie des médias ». L’éditeur termine son entretien en portant un regard sans concession sur la capacité d’une certaine France à débattre « J’ai l’impression que, dans les années 1980, le débat était plus libre …» Dans une démocratie, le pluralisme des idées est la clé de voûte de la liberté et l’acte fondateur du débat. Refuser cela, c’est nier le libre arbitre, nier par là même la capacité à chacun de réfléchir et à se faire une opinion personnelle.

( Twitter : @nicolasbscnews )

Lire le BSC NEWS MAGAZINE en ligne en cliquant ici ( BSC NEWS – N°94 – Octobre 2016 )

( * L’Express – N°3407 )

Lire aussi dans les éditos de Nicolas Vidal :

Augustin Trapenard : tout un programme de lecture

La culture contre la barbarie

Le Jazz pourrait bien faire danser votre été

The Show Must Go On sur la planète football

Une culture stimulante contre la bien-pensance

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à