Festival Radio France : la symphonie du Nation Youth Orchestra USA

par

Par Romain Rougé – C’était l’une des soirées événement du festival Radio France Montpellier Occitanie : les jeunes du National Youth Orchestra USA menés à la baguette par Valery Gergiev, l’un des plus grands chefs d’orchestre russe du moment et accompagnés par Denis Matsuev, géant du piano.

« Agés de seize à dix-neuf ans, les jeunes du National Youth Orchestra USA sélectionne les meilleurs jeunes instrumentistes des Etats-Unis », annonce la voix de France Musique avant le concert. Après une mise en bouche avec le Prélude à l’après-midi d’un faune de Debussy, le public prend toute la mesure de cette affirmation lorsque Denis Matsuev les rejoint sur scène.

Denis Matsuev et le National Youth Orchestra USA enflamment l’opéra Berlioz

Accompagnés au piano par le on ne peut plus talentueux pianiste, les jeunes américains déploient toute l’étendue de leur talent pour le Troisième concerto pour piano de Serge Rachmaninov. Une œuvre de circonstance puisque à l’origine composée spécifiquement pour le public américain, permettant à Rachmaninov, en 1909, de montrer à la fois ses talents de compositeur et de pianiste. En 2016, sur la scène de l’opéra Berlioz de Montpellier, ce concerto révèle la virtuosité du jeune orchestre américain et une incroyable prestation de Denis Matsuev, à la dextérité presque irréelle. La prestation de l’orchestre alliée à la folie artistique de ce grand pianiste fait des étincelles jusqu’à l’embrasement du public : un standing ovation largement méritée met le feu à l’opéra Berlioz.

Le festival Radio France Montpellier célèbre Serge Prokofiev

Après l’époustouflante première partie, le National Youth Orchestra USA et Serge Gergiev assurent la continuité du spectacle avec la Symphonie n°4 en ut majeur de Serge Prokofiev. Dirigé d’une main de maître par le grand chef russe, les jeunes américains reprennent cette symphonie composée entre 1929 et 1930 suite à une commande du directeur musical de l’Orchestre symphonique de Boston, Serge Koussevitzky.
L’œuvre remaniée à plusieurs reprises par Prokofiev trouve ici une constance maîtrisée : les grandes symphonies soviétiques s’allient aux envolées des meilleurs jeunes instrumentistes des Etats-Unis. Pour finir en beauté, des extraits des suites 1 et 2 de Roméo et Juliette viendront appuyer cette dichotomie entre les meilleures ennemies que sont ces deux nations. Pas de guerre froide ni d’antagonisme en musique. Nouvelle standing ovation.

CLAUDE DEBUSSY 1865-1918
Prélude à l’après-midi d’un faune

SERGE RACHMANINOV 1873-1943
Concerto pour piano et orchestre n°3 en ré mineur opus 30

SERGE PROKOFIEV 1891-1953
Symphonie n°4 en ut Majeur opus 112 (Version de 1947)

Roméo et Juliette, extraits des suites opus 64bis et 64ter
Masques
Capulets et Montaigus

Denis Matsuev, piano
National Youth Orchestra of the USA
Valery Gergiev, direction

( Crédit photo Luc Jennepin )

Lire aussi dans l’actualité du classique :

Lidija et Sanja Bizjak : des soeurs peu classiques

Julie Fuchs : Yes, une immersion dans les années folles

Une parenthèse musicale à Saint Petersbourg

Jean-Christophe Spinosi : la volonté de s’extraire des conventions

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à