fbpx

Bernard Fripiat : l’orthographe sous toutes ses coutures

par

Par Pascal Baronheid – Rarement publication est pareillement survenue à point nommé ! Bernard Fripiat signe une déclaration d’amour à l’orthographe, au moment même où sort du bois un commando décidé à couper 2400 têtes qui dépassent notre entendement, soit environ 4 % du lexique de la langue française.

Fripiat vient de Belgique, pays qui compte quelques jongleurs de la langue française, Bruno Coppens en premier. Soucieux de désamorcer les critiques, la mauvaise foi, la paresse intellectuelle des détracteurs de notre orthographe, il propose 138 questions-réponses (le petit Robert l’écrit sans -) sous un mode facétieux et désacralisant : « Pourquoi y a-t-il un i dans oignon ? Pourquoi écrivons-nous parfois des th et des ph ? Pourquoi hésitons-nous entre le masculin et le féminin ? » Et de conclure en répondant à : « Pourquoi ne simplifierons-nous jamais l’orthographe ? »

Entre anecdotes et explications historiques, un pavé dans la mare d’autant plus judicieux que les professeurs ne sont pas tenus d’enseigner l’orthographe révisée à leurs élèves, puisqu’elle n’a aucun caractère obligatoire.

Au commencement était le verbe… ensuite vint l’orthographe !

Bernard Fripiat

Collection Le Goût des mots, Points P4258, 7 €

A lire aussi dans Hors des sentiers battus :

Mes sincères condoléances: quand la mort et le rire font bon ménage

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à