fbpx

Jodorowsky’s Dune : le reportage génial sur la genèse d’un film fantôme

par

Par Florence Yérémian – Selon vous, quel film des Seventies était censé porter Mick Jagger à l’écran aux côtés de Salvador Dali et d’Orson Welles ? Vous n’en avez pas la moindre idée? Et bien, c’était Dune ! Non pas la version de Lynch que tout le monde connait, mais celle, beaucoup plus déjantée, d’Alejandro Jodorowsky.

Inspiré par le célèbre roman de Frank Herbert, Jodorowsky avait prévu de réaliser un chef d’oeuvre cinématographique en lui attribuant le plus beau casting du siècle ! Au grand désarroi de tous les fans de science-fiction, cette saga spatiale ne vit jamais le jour par manque de financements mais aussi en partie à cause du tempérament exubérant de Jodorowsky …

Afin de rendre hommage à ce projet avorté, le réalisateur Frank Pavich a retracé toute sa genèse en fouillant dans les archives et en faisant appel à l’ensemble des acteurs et techniciens de l’époque. A travers une foule de témoignages orbitant autour de l’interview centrale de Jodorowsky, l’on découvre, ébahi, une aventure cinématographique d’une ambition folle!
Durant plus de deux ans Jodorowsky a écrit le script de Dune, mis en place le storyboard sous la plume brillante de Moébius et recruté les meilleurs artistes de son temps: pour ceux qui connaissent l’histoire de Dune, Salvador Dali était censé interpréter l’Empereur Fou de la Galaxie, Orson Welles avait été désigné pour incarner l’énorme Baron Harkonnen, David Carradine devait apparaitre en Duc Leto, quant à Mick Jagger, il aurait eu pour rôle celui de Feyd-Rautha qui prit par la suite le visage de Sting…
Afin de mettre en musique cette très belle distribution, Jodorowsky avait tout simplement persuadé les Pink Floyd et le groupe Magma de composer la bande-son de son film et il s’était mis dans la poche les meilleurs techniciens, illustrateurs et plasticiens de son temps : parmi eux figuraient Dan O’Bannon, Chris Foss et Hans Giger qui firent ensuite partie de toutes les productions SF du XXe siècle !! Bien que le film de Jodorowsky n’ait jamais vu le jour, il est évident que son storyboard (distribué alors dans l’ensemble des studios d’Hollywood!) a génétiquement influencé toute une génération de films cultes comme Star Wars, Alien ou Blade Runner!

Le documentaire de Frank Pavich nous montre avec passion et humour les détails croustillants de cette épopée filmique en dressant parallèlement un portrait ubuesque de l’indomptable Jodorowsky. La plupart des gens connaissent cet artiste en tant qu’auteur de bandes dessinées. Certes « Jodo » a écrit les scénarios de L’Incal ou ceux de La Caste des Méta-Barons mais il a avant tout été un metteur en scène de théâtre qui réalisa près d’une centaine de pièces durant sa jeunesse au Mexique. Ce fut aussi un cinéaste surréaliste qui tourna des longs-métrages totalement fous à l’exemple de Fando y Lis ou de La montagne sacrée.
Sa version personnelle de Dune était elle-même pensée comme une création artistique totale devant durer plus de douze heures et possédant une portée spirituelle apte à réveiller la conscience collective. A l’exemple de Star Wars et de son hégémonie ultérieure, Jodorowsky souhaitait faire de Dune une oeuvre métaphysique capable d’engendrer une philosophie mystique à l’échelle mondiale. En adéquation totale avec l’époque des Seventies qui baignait alors dans la came et le LSD, la précieuse « Epice » dominant le livre de Frank Herbert aurait pu acquérir une impressionnante symbolique!
La folie de Jodorowsky fut cependant beaucoup trop avant-gardiste et Hollywood tourna le dos aux illuminations de ce gourou cinéaste. Les studios américains rejetèrent à l’unanimité son projet qui tomba par la suite dans les mains plus sages de David Lynch.

Merci donc à Frank Pavich d’avoir ressorti ces magnifiques archives : peut-être donneront-elles envie à d’ambitieux producteurs de finaliser ce rêve un peu fou…

Jodorowsky’s Dune ? Un documentaire cultissime !

Jodorowsky’s Dune
Un film documentaire de Frank Pavich
Avec Alexandro Jodorowsky, Brontis Jodorowsky, Michel Seydoux, Hans Giger, Chris Foss, Amanda Lear, Christian Vander, Jean-Pierre Vignau, Gary Kurtz…

Au cinéma le 16 mars 2016
90 minutes

Lire aussi dans Cinéma :

Snoopy : une pépite de bonheur au cinéma

Joy : un film au faire-valoir insipide

Robert Guédiguian : Une Histoire de fou… et de légitimité

Les nouveaux loups du Web : un documentaire choc sur la vie privée

Beijing Stories: un regard amer sur l’urbanisation de la Chine

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à