fbpx

Fraser Anderson : un songwriter écossais pas si maudit que cela

par

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Le songwriter écossais au chapeau ne renie pas son début de carrière difficile ni ses racines écossaises dont il est fier. Il assume également le fait de n’avoir rien sorti pendant près de 10 ans. Ce nouvel album Little Glass Box lui donne entièrement raison car Fraser Anderson excelle dans ce nouveau projet où nous le retrouvons, pétaradant de maturité avec de nouveaux morceaux qui redonnent le sourire. Songwriter maudit ? Fraser Anderson ne l’est pas tant que cela.

Vous avez un parcours de baroudeur. Qu’est ce que cela a apporté à votre musique ?
J’aime essayer de nouvelles choses sans avoir peur de commettre une erreur. Je vis par la parole et j’aime tout autant l’expression : « Leap and the net will appear » en français : « Saute et le filet apparaîtra », comprenez que « si vous croyez vraiment en quelque chose, quelqu’un ou quelque chose sera là pour vous rattraper avant le crash ».

Vous êtes tout de même écossais. Ainsi vous avez commencé à vous produire en Ecosse. Jusqu’où vos racines sont-elles implantés dans votre style musical ?
Être écossais vous impose une identité forte que vous ne pouvez pas fuir. Je porte ce chapeau avec fierté et ce sera toujours le cas.

Comment définiriez-vous en deux mots votre nouvel album Little Glass Box ?
Il a été le meilleur album que j’ai pu créer à cette période de ma vie.

On vous compare souvent à l’univers de Nick Drake. Qu’en pensez-vous ?
J’adore la musique de Nick Drake et cette comparaison me flatte. Sa musique me met la larme à l’oeil. Alors être comparer à lui dans ces termes est pour moi le plus beau des compliments que l’on puisse me faire.

Pouvez-vous nous éclairer sur le titre de cet album ?
Le titre de l’album m’est venu durant un rêve que j’ai fait à propos d’un homme qui occupe un job sans avenir. Ce gars gardait l’espoir avec ses propres rêves qu’il mettait à l’abri dans un bocal en verre. Un jour, le bocal s’est brisé et ses rêves se sont échappés.

Pourquoi avoir attendu 10 ans pour sortir Little Glass Box ?
Je n’aime pas particulièrement précipiter les choses (sourires…).

J’ai cru comprendre que le début de votre carrière avait connu des moments difficiles. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?
Pourquoi ? Vous pouvez être désolé pour moi. Mais oui la vie n’a pas été facile pour moi. Mais c’était beau et enrichissant et je n’aurais pas voulu commencer ma carrière d’une autre façon que celle-là.

À cette occasion, pouvez-vous raconter à nos lecteurs votre histoire avec le village français de Mirepoix ?
Mirepoix était la ville la plus proche de celle où je vivais déjà avec ma femme et nos enfants avant de nous séparer. J’ai rencontré quelqu’un là-bas qui m‘a envoyé chez un éditeur à Paris. C’est maintenant mon éditeur, Metisse. Sans cela, je n’aurais sûrement jamais eu un contrat avec un label.

Que représente cet album dans votre carrière, Fraser Anderson ?
Cet album signifie que j’ai une bonne équipe derrière moi qui croit fermement en ce que je fais.

Pourra-t-on vous voir sur scène en France dans les semaines à venir, Fraser Anderson ?
J’espère que je viendrai en France avec mon groupe pour une tournée, pour acquérir de l’expérience à travers ce pays magnifique.

Fraser Anderson
Little Glass Box
Monochrome Records

> Le site officiel de Fraser Anderson

Lire aussi :

Rose Betty Klub : une fièvre du Swing envahit Montpellier

Jawhar : un univers musical fait de folk et de chaâbi

Igit : « Les chansons sont comme des photographies »

Grand Ocean : « Une manière de rendre la légitimité à la création instinctive de la musique. »

Lisa Spada : la nouvelle voix de la Soul française

Odessey & Oracle : de la pop baroque à la lyonnaise

Impulse : Jean-Philippe Allard ou l’histoire incroyable d’une renaissance musicale

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à