fbpx

Jean-Marie Chevrier : Madame, un roman sensible et poétique

par

Par Félix Brun – bscnews.fr / Une atmosphère de conte ; au milieu de la Creuse profonde, un vieux château décrépit et chancelant sous le poids des siècles, une vielle servante vacillante, un couple de métayers rugueux et durs au labeur, et leur fils Guillaume… le décor est planté, intemporel, mystérieux.

Madame de la Villenière essaie de régner sur ce petit monde, engluée dans son histoire, son passé, son veuvage et la disparition de son enfant Corentin. Cette vieille aristocrate désargentée, aux traits ingrats, aux humeurs changeantes, aux manières emportées et fougueuses, semble sortir d’un autre âge. « Derrière cette laideur quelque chose de noble subsiste, une grandeur inaltérable, un mépris pour les vicissitudes. C’est le masque d’une divinité barbare venue d’un temps où la statutaire était encore maladroite. » Guillaume, collégien de quatorze ans, est fasciné par Madame qui va le prendre sous sa coupe afin qu’il possède «les valeurs essentielles de notre civilisation.»
Madame est un personnage original ; « Tuer un ragondin ou faire un signe à la statuette d’un homme crucifié ne fait pas de différence. » Elle va consacrer à Guillaume une éducation à l’ancienne fondée sur la spiritualité, à la limite parfois de la manipulation : «Moi, de Dieu, je peux me passer, c’est tout ce qu’on a créé autour de Lui pour Lui faire part de notre existence : ces monuments, ces églises, ces textes si savants, ces costumes, ces musiques, ces chants, ces tableaux.[….]Pour finir, mon garçon, je n’ai pas besoin de Dieu, j’ai besoin de la religion.» Madame porte son secret, celui de la mort de son fils Corentin, à l’âge de quatorze ans… et « le monde qu’elle traverse n’a aucune réalité à ses yeux.»

Jean-Marie Chevrier entraîne le lecteur dans une confrontation permanente entre les acteurs du roman, les classes sociales, la terre et l’esprit, le monde moderne et le passé, avec la nature en miroir, les marécages, les austères forêts, les découvertes macabres et féeriques. Les non-dits, les silences, les huis-clos alimentent une tension, une tragédie, un malheur prémonitoire. Un beau roman à l’écriture ciselée, sensible, poétique, comme dans les contes de ces contrées aux énigmes et mystères envoûtants et ensorcelants.

Titre : Madame
Auteur : Jean-Marie Chevrier
Edition Albin Michel
Prix: 16€

Lire aussi :

Monsieur K : de l’art et de la repentance

Blackmoore : une romance exquise au coeur des landes sauvages

Christel Noir : « Parce que le bonheur se trouve au bout de nos rêves. »

Jojo Moyes : moins fois moins, en maths, ça fait plus, non?

Lizzie Doron : la possibilité d’un père

Arnaud Guillon : une écriture élégante et sensuelle

Gueule de bois : une satire loin des poncifs du politiquement correct

Je vous écris dans le noir : une fiction remarquable sur la vie de Pauline Dubuisson

Mondiale Boucherie : quand la Grande Guerre s’incarne dans « l’art du désossage et de la découpe »

Alessia Valli : la « comparse de l’ombre »

Jane Austen et Abigail Reynolds : pour les faaaaans d’Orgueil et Préjugés !

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à