fbpx

Maud Tabachnik : un nouveau polar superflu ?

par

Par Marc Emile Baronheid – bscnews.fr / Boris Berezovsky (BB), Américain, flic à San Francisco, apprend le suicide de … Boris Berezovsky, oligarque russe, dont il ignorait l’existence. Puis le flic découvre que ses parents étaient en contact avec le Russe.

Par ailleurs, BB est sur la piste de Ferris Holme, un tueur psychopathe. Une enquête difficile, bientôt contrariée par l’agression de son père Vladimir. Elle serait l’œuvre de services secrets étrangers et d’autant plus incompréhensible que, pour BB, ses parents sont des citoyens tranquilles et anodins. À quel point Holme cultive-t-il le dérangement mental ? Jusqu’ici, il a roulé tout le monde dans la farine. Seul BB paraît capable de mettre à mal une redoutable capacité de nuisance et un système de défense qui n’offre nulle aspérité à laquelle s’accrocher. Un duel s’engage, malheureusement pollué par l’odyssée de l’autre Boris. Une bipolarisation superflue qui agace plus qu’elle n’attache. En matière de dopage des sportifs, on appelle cela un produit masquant.

« Danser avec le diable », Maud Tabachnik, Albin Michel, 20,90 euros

Lire aussi dans les polars :

Bonnes aventures et mauvais garçons : les polars du printemps

Road tripes : un « polar humoristique et déjanté »

Gallimard : la Série noire fête ses 70 ans

Déclinaisons de femmes en noir

Quelques polars pour l’hiver

Cadavres noirs sur fond rouge : un polar exquis

Sylvie Granotier : un roman au cours subtil et féminin

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à