fbpx

A la poursuite de demain: Enfin un film de SF plein d’optimisme!

par

Par Florence Gopikian Yérémian –bscnews.fr/ Casey Newton s’ennuie un peu dans sa banlieue de Floride. Etudiante brillante et hyperactive, elle est passionnée d’astronomie et fait de son mieux pour aider son père à garder son job de physicien à Cap Canaveral: dès que l’occasion se présente, elle s’infiltre sur la plateforme de lancement de la NASA et la sabote afin de retarder le démantèlement d’une fusée. Un jour, sans trop comprendre comment, Casey se retrouve en possession d’un étrange pin’s qui la téléporte instantanément dans une ville futuriste. Au coeur de cet univers parallèle, elle fait la connaissance d’Athena, une adorable enfant-humanoïde qui lui demande tout simplement de l’aider à sauver le monde. Pour cela, Casey doit mettre la main sur Frank Walker, un inventeur misanthrope qui s’est enfermé dans une sorte de bunker. Frank est apparemment le seul être sur terre à pouvoir offrir un avenir à la planète car il maitrise autant son présent que sa projection future. Secondé par Casey, il va accepter de se lancer dans une quête merveilleuse… à la poursuite de « Tomorrowland ».

Allant à l’encontre de tous les scénarios funèbres et post-apocalyptiques de ces dernières années, ce long métrage signé Brad Bird (Ratatouille, Les Indestructibles, Protocole Fantôme) est une véritable bouffée d’optimisme. Jonglant sur trois époques différentes, il nous entraine au coeur d’un univers de fiction ayant pour toile de fond les décors de Disneyland. Dans une mise en scène aussi fluide qu’euphorisante, on passe alternativement des Seventies aux années 80 tout en faisant des allers-retours dans l’espace temps pour découvrir une cité idyllique. Malgré sa visée futuriste, ce film possède une sympathique touche rétro qui nous ramène aux premières productions SF. Entre son esthétisme steampunk, ses clins d’oeil satiriques à Star Wars et son hommage au grand Jules Vernes, cet ingénieux blockbuster nous fait irrémédiablement penser à une version contemporaine de Retour vers le Futur. Les effets spéciaux y sont cependant ultra sophistiqués: parmi les aérotrains et les spatioports, on peut ainsi croiser toutes sortes de créatures anthropomorphes ou prendre son envol avec un jetpack surpuissant!

Bien que la trame de ce scénario anti-crise soit un peu trop moraliste, on se laisse rêver notamment grâce à une superbe distribution: accoutumé aux rôles de méchants, le comédien Hugh Laurie incarne l’antipathique David Nix qui tente de détruire Tomorrowland. A ses côtés, George Clooney se complaît gaiement dans le personnage de Frank Walker : inventeur de génie, il est aussi bougon qu’asocial mais l’on finit par comprendre la source de son amertume. Face à ces deux grandes pointures d’Hollywood, c’est cependant la jeune Brittany Robertson qui propulse le film : aussi pétaradante que séduisante, elle incarne Casey avec la vivacité d’une teenager surdouée et parvient à lui conférer le profil d’une véritable héroïne des temps modernes! N’oublions pas de saluer les performances pleines de malice des deux enfants de l’histoire: Raffey Cassidy est une Athena humanoidement parfaite, quant à Thomas Robinson (qui interprète Frank enfant), il possède déjà le petit sourire en coin et les yeux moqueurs de Mister Clooney…

A la poursuite de demain? Une véritable ode au futur qui fait un bien fou! Et si l’humanité essayait encore de sauver notre magnifique planète ?

A la poursuite de demain (Tomorrow Land)
Réalisé par Brad Bird
Avec George Clooney, Hugh Laurie, Britt Robertson, Raffey Cassidy, Thomas Robinson
Sortie nationale: le 20 mai 2015
Durée: 2h


À la poursuite de demain
À la poursuite de demain Bande-annonce (4) VF

A voir aussi :

Le labyrinthe du silence: un réquisitoire qui manque de lucidité

La Tête haute: portrait rugueux d’un délinquant en détresse

En équilibre : un drame empreint de pudeur avec Cécile de France et Albert Dupontel

Wim Wenders est de retour avec un mélodrame des plus lancinants

Play it again : du vintage chic sur grand écran

Lost river : le conte de fées sombre et macabre de Ryan Gosling

Bonté Divine ou les péripéties burlesques de Père Capote

A trois on y va : une comédie romantique, tendre et délicate

Shaun le Mouton : une course-poursuite à la bande-son excellente

Big Eyes de Tim Burton: un canul’Art incroyable

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à