fbpx

Jojo Moyes : moins fois moins, en maths, ça fait plus, non?

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ On avait pleuré à chaudes larmes avec « Avant toi», récit bouleversant d’un amour impossible entre un jeune homme paralysé suite à un accident de moto et la jeune femme embauchée pour s’en occuper. Dans «Jamais deux sans toi», on retrouve Jojo Moyes dans un registre plus souriant, moins dramatique. Évidemment, on est ému par ses personnages écorchés par la vie mais l’on perçoit, dès les premiers chapitres, un rayon d’espoir salvateur.

C’est l’histoire de Jess, obligée de se tuer à faire des ménages et des soirées comme serveuse dans un pub pour faire bouillir la marmite: son mari a pris la tangente, prétend n’avoir pas de travail et ne pouvoir donc pas subvenir aux besoins de ses deux enfants. Jess vit dans une zone pavillonnaire où il faut être vigilant. Certains voisins ont des adolescents peu fréquentables. Son fils Nicky revient d’ailleurs régulièrement
de l’école avec des bleus. Quant à sa fille surdouée, Tanzie, Jess désespère de ne pas avoir les moyens de lui offrir une place dans l’école prestigieuse qu’elle mériterait. La vie semble être une somme de problèmes inextricables jusqu’au jour où le chemin de notre héroïne va croiser celui d’un millionnaire, Ed Nicholls, menacé d’aller en prison parce qu’il a fourni, par naïveté, des informations financières de premier plan à sa petite amie du moment. Moins fois moins, en maths, ça fait plus, non? Voilà une équation que maîtrise parfaitement Jojo Moyes.
Une histoire d’amour rassérénante qui séduira tous ceux qui ont envie d’ensoleiller leur coeur blessé et de réparer leurs illusions perdues. Les autres se laisseront prendre au jeu, pourvu qu’ils aiment les romances pleines de bons sentiments.

 » – Vous êtes?
– Edward Nicholls. Je connais cette femme. Qu’est-ce qui se passe? Une panne?
Il regardait la Rolls comme s’il ne parvenait pas à croire qu’un pareil tas de ferraille ait pu prendre la route.
– On peut dire ça comme ça, dit le Policier Numéro Deux.
– Vignette périmée, murmura Jess en essayant de ne pas prêter attention à son coeur qui tambourinait dans sa poitrine. J’essayais d’emmener les enfants quelque part. Mais maintenant, j’imagine que je vais devoir les ramener à la maison.
– Vous n’irez nulle part dans cette voiture, répliqua le Policier Numéro Un. Elle est confisquée. La dépanneuse va arriver. Il est interdit de rouler sur une route publique sans une vignette valide, madame. Ce qui implique également que votre police d’assurance sera annulée.
– Je ne suis pas assurée.
Les deux policiers ouvrirent des yeux ronds comme des soucoupes. »

Jamais deux sans toi
Auteur: Jojo Moyes
Éditions: Milady
Prix: 18,20€
480 pages

A lire aussi:

Lizzie Doron : la possibilité d’un père

Arnaud Guillon : une écriture élégante et sensuelle

Gueule de bois : une satire loin des poncifs du politiquement correct

Je vous écris dans le noir : une fiction remarquable sur la vie de Pauline Dubuisson

Mondiale Boucherie : quand la Grande Guerre s’incarne dans « l’art du désossage et de la découpe »

Alessia Valli : la « comparse de l’ombre »

Jane Austen et Abigail Reynolds : pour les faaaaans d’Orgueil et Préjugés !

Itinéraire d’une psychanalyse sauvage : un premier roman aussi singulier que déroutant

Nicolas Barreau : les indicibles « instants de l’amour »

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à