fbpx

Arnaud Guillon : une écriture élégante et sensuelle

par

Par Félix Brun –bscnews.fr/ Le roman débute en Normandie dans la maison familiale de Claire et Jean face à l’Atlantique ; cette résidence de vacances et de détente renferme un océan de souvenirs et de secrets bien gardés. Vincent, le fils, architecte débordé, et Manon sa compagne, galeriste d’art, viennent y séjourner le temps d’un week-end. Eric, le vieil ami, vient se joindre au quatuor ; ce quinquagénaire aguicheur est charmé par Manon qui est elle-même attirée par ce grand séducteur…..une passion coupable se noue et va provoquer des conséquences inimaginables.

Avec ces cinq personnages, Arnaud Guillon dissèque le couple sous tous ses angles, décortique l’amour sous toutes ses facettes, passe au crible les phases de la vie conjugale. La famille : ses secrets viennent à la surface des eaux calmes de la vie, dans ces parodies de faux bien-être, de bonheur bâti sur des non-dits et le mensonge. Un « Tableau de chasse » à double sens : celui d’un prédateur
séducteur de jolies femmes et … celui de la dernière page du livre. « Comment la frontière entre le bonheur et le drame, la vie et la mort, pouvait-elle être aussi mince. »
Entre comédie dramatique et drame sentimental, «Tableau de chasse» est un ouvrage à l’écriture élégante, simple, sensible, sensuelle sans jamais être mièvre. Arnaud Guillon joue de l’analepse avec délicatesse, faisant émerger les blessures enfouies et les émotions presque oubliées. Une histoire que Claude Sautet aurait bien pu mettre sur pellicule.

Tableau de chasse
d’Arnaud Guillon
Edition Héloïse d’Ormesson
208 pages
17 euros

A lire aussi:

Gueule de bois : une satire loin des poncifs du politiquement correct

Je vous écris dans le noir : une fiction remarquable sur la vie de Pauline Dubuisson

Mondiale Boucherie : quand la Grande Guerre s’incarne dans « l’art du désossage et de la découpe »

Alessia Valli : la « comparse de l’ombre »

Jane Austen et Abigail Reynolds : pour les faaaaans d’Orgueil et Préjugés !

Itinéraire d’une psychanalyse sauvage : un premier roman aussi singulier que déroutant

Nicolas Barreau : les indicibles « instants de l’amour »

Lignes brisées : la « valse cruelle des amours adolescentes »

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à