fbpx

Itinéraire d’une psychanalyse sauvage : un premier roman aussi singulier que déroutant

par

Par Laurence Biava –bscnews.fr/ Jean-Charles Bouchoux est psychanalyste et écrivain, auteur de plusieurs livres comme Les Pervers Narcissiques – Qui sont-ils ? Comment fonctionnent-ils ? Comment leur échapper ?, La Pulsion, c’est plus fort que Moi aux Éditions Eyrolles, Méditation Zen et Psychanalyse suivi de Transformer souffrance et colère en énergie d’éveil aux Éditions Dervy, Pourquoi m’as tu abandonné (e) ? chez Payot. Pendant plus de dix ans, Jean-Charles Bouchoux a participé à la formation de thérapeutes, de psychanalystes et de publics confrontés à la relation d’aide. Ancien animateur de Maison Verte, il supervise de nombreuses structures (associations d’aide, de gestion de tutelle, de curatelle, crèches, thérapeutes).

Itinéraire d’une psychanalyse sauvage est son premier roman. C’est le premier roman de Jean-Charles Bouchoux. L’histoire débute de façon assez mystérieuse : un homme qui n’est jamais nommé, à la fois personnage principal et narrateur, se réveille amnésique à l’hôpital. Une femme, qui prétend être sa compagne, mais dont il ne se souvient plus, va l’aider à retrouver le fil de sa mémoire et à remonter le cours du temps. Ainsi, grâce à des textes, des bribes de journaux, des lettres, la femme s’invite et dans son passé et dans son présent et dans son futur. Floraison de textes allégoriques, de nouvelles métaphoriques, d’inspiration autobiographique. Au quart du livre, on comprend que la séparation d’avec la femme est authentique, et qu’au moment de leur rupture, il lui a envoyé leur histoire. Une histoire ponctuée pourtant par les interventions d’une petite fille. Un souvenir naïf que le refoulement avait fait disparaître. Parfois, le texte, difficile à saisir revêt l’apparence d’un conte, où de nouveaux souvenirs émergent, comme les lettres qui seraient demeurées trop longtemps sans réponse. Est-ce le signe que l’homme amnésique est suffisamment mûr pour être capable de les accueillir ? On s’y perd un peu ici, le lecteur ne parvient pas toujours à cerner le sens de ces chapitres fragmentaires mis bout à bout, même si on comprend qu’il s’agit pour le narrateur d’une démarche visant à se réapproprier un peu de son moi.
Scénettes et aller-retours dans le temps ponctuent pourtant ce récit ambitieux, insolite où les personnages font à la fois les questions et les réponses. A la suite de pages écrites entièrement en italique, s’amorce un roman dans le roman portant le titre de Paradoxe. Voici enfin la psychanalyse sauvage du titre original présentée sous forme d’exercice de psychanalyse où s’immiscent les propos sur la séparation et le traitement de la perte de mémoire. On décèle beaucoup d’empreintes, – notamment celle de l’inconscient qui laisse seulement remonter les souvenirs dont nous avons besoin aujourd’hui pour évoluer et que nous sommes capables d’affronter- de jeux de mots, de métaphores, qui donneraient du sens à cette succession d’expériences et de dialogues, dommage que ceux-ci sèment quelquefois la confusion.
Ce récit explique comment verbaliser ses mauvais souvenirs et comment les déposer quelque part, avant qu’ils se sédimentent. Les souvenirs permettent d’éclairer le moment présent, de se réapproprier son histoire et sa vie, de la poursuivre mieux, d’étoffer sa personnalité. Intéressant, singulier, cohérent, déroutant parfois, cet Itinéraire d’une psychanalyse sauvage nous entraîne dans cette ronde infernale qui nous change et nous effraie tous : retrouver le passé pour pouvoir l’oublier, et vivre enfin l’instant présent..

Itinéraire d’une psychanalyse sauvage
Jean-Charles Bouchoux
Editions Ovadia

A lire aussi:

Nicolas Barreau : les indicibles « instants de l’amour »

Lignes brisées : la « valse cruelle des amours adolescentes »

Dimitri Verhulst : un savoureux hymne aux joies de la démence

Saskia de Rothschild : un 1er roman qui révèle d’agréables dispositions au sarcasme

Hanne-Vibeke Holst : Au nord… rien de nouveau !

Jacques Tallote et la liberté bafouée

Caroline Deyns : la vengeance du stylo à plume

A la mesure de nos silences : le roman émouvant de Sophie Loubière

Yves Cusset : le portrait d’un misérable Narcisse de l’éducation nationale

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à