fbpx

Lignes brisées : la « valse cruelle des amours adolescentes »

par

Par Félix Brun – bscnews.fr/ Elle avait quinze ans, il en avait seize, prime amourette qui devient passion…la trilogie de l’idylle : « Je t’ai quitté depuis trois semaines, après trois mois passés ensemble. Je te quitte, trois mots tout se ferme et s’effondre. Je t’aime, trois mots tout s’ouvre et se bâtit. » Vingt ans après leur rupture, Gabriel, écrivain reconnu, retrouve à Bruxelles Salomé, son amour de lycée.

Elle est parlementaire au Conseil de l’Europe, il assure la promotion de son nouveau roman « Lignes brisées ». Depuis leur séparation, Gabriel ne pense qu’à reconquérir Salomé. Illusoire reconquête…? Il voudrait redevenir l’adolescent qu’il fût et vivre cette aventure amoureuse passionnée, née dans l’insouciance et l’hésitation de la jeunesse. C’est un roman qui sort des sentiers battus, un texte court et ciselé, où tous les mots ont une valeur particulière. Harold Cobert a choisi l’analepse pour structurer cette histoire avec ses « Pages cornées » ; l’écriture est simple, précise, envoûtante et poétique : « Les lèvres peuvent sourire sans émotion,[…] ;les yeux jamais. » L’auteur invite le lecteur dans un rendez-vous sentimental ; on se laisse séduire et on se retrouve dans ce récit…

Lignes brisées
Auteur : Harold Cobert
Edition : Héloïse d’Ormesson

A lire aussi:

Pierre Ménard : l’érudition joyeuse ou « comment paraître intelligent ? »

Dimitri Verhulst : un savoureux hymne aux joies de la démence

Saskia de Rothschild : un 1er roman qui révèle d’agréables dispositions au sarcasme

Hanne-Vibeke Holst : Au nord… rien de nouveau !

Jacques Tallote et la liberté bafouée

Caroline Deyns : la vengeance du stylo à plume

A la mesure de nos silences : le roman émouvant de Sophie Loubière

Yves Cusset : le portrait d’un misérable Narcisse de l’éducation nationale

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à