fbpx

Hanne-Vibeke Holst : Au nord… rien de nouveau !

par

Par Félix Brun – bscnews.fr/ Charlotte, militante écologiste danoise de trente-cinq ans est en train de boucler ses cartons pour l’Afrique, où son époux Thomas vient de décrocher le poste dont il rêve depuis longtemps. La famille est sur le départ quand le premier ministre social-démocrate du Danemark lui propose de devenir Ministre de l’Environnement : « Parce que tu es la bonne personne au bon moment. Sinon on ne te l’aurait pas proposé. ».

Charlotte déteste dans la politique « cette fausseté opportuniste » et la « bouillie démagogique de première catégorie » ; malgré tout elle va gravir, avec acharnement et abnégation, l’échelle de la notoriété publique. « La politique est l’art de séduire […]. Si l’on n’a pas à la fois l’envie et l’art de séduire, autant laisser tomber. » Son ascension publique est éblouissante au sein même du monde féroce du pouvoir et d’une société impitoyable. Son nouveau statut lui confère les regards insidieux de ses amis, de sa famille même ; « Peut-être le pouvoir et les femmes de pouvoir agissent-ils comme un anaphrodisiaque sur les hommes,[…] ? » Charlotte navigue malgré tout, ballotée par l’imposture du discours, du politiquement correct, et l’omnipotence des partis politiques : « J’ai tout le temps l’impression que le parti politique, dans la forme qu’on lui connait, crée les limites qui nous empêchent de répondre à un monde en mouvement. »

« En politique on n’a pas d’amis. Pas de vrais amis, en tout cas. » Notre jeune ministre est confrontée et traînée dans cette chienlit médiatique, plus encline à écorcher et salir les personnes, qu’à donner une analyse sérieuse des propositions et des actions gouvernementales ; « C’est vrai que les politiciens n’ont pas le droit de péter sans que l’écho de leur pet résonne dans les colonnes de tous les journaux. » Elle refuse toute compromission et tout compromis qui serait de nature à remettre en cause l’intérêt public, dans un contexte où, « les non-dits occupaient plus d’espace que les paroles échangées ». Ecartelée entre sa carrière politique et sa vie familiale, Charlotte va-t-elle parvenir à satisfaire ses aspirations et prétendre à atteindre ses desseins, tout en assurant son rôle de mère et d’épouse ?

« L’Héritière » est un roman politique captivant et objectif, très d’actualité ; le lecteur est séduit par cette jeune ministre, dont la modernité et la sincérité bousculent les appareils politiciens sclérosés. L’écriture est directe, simple, trop sentimentale parfois ; avec ce roman écrit voici plus de dix ans, la fiction est devenue, semble-t-il, réalité !

L’Héritière

Auteur : Hanne-Vibeke Holst
Editions : Héloïse d’Ormesson

A lire aussi:

Jacques Tallote et la liberté bafouée

Caroline Deyns : la vengeance du stylo à plume

A la mesure de nos silences : le roman émouvant de Sophie Loubière

Yves Cusset : le portrait d’un misérable Narcisse de l’éducation nationale

Robert Pico : dernières pensées en sautant d’un building new-yorkais

Editions du Caïman : deux nouveaux (et bons) livres

« Parfaite! » : « Disent les magazines »

Un roman de la musique

Les fourberies de l’amour : une romance sous la Régence

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à